5 juillet 2018
Les visages de l’innovation
« La seule limite de l’homme, c’est son imagination! »
Par: Le Courrier

Serge-Éric Blais, président et directeur R&D des concepts orthopédiques Turtlebrace.

Serge-Éric Blais, président et directeur R&D des concepts orthopédiques Turtlebrace.

Designer industriel avec une spécialité en orthèses-prothèses, le président et directeur R&D des concepts orthopédiques Turtlebrace, Serge-Éric Blais, a été clinicien pendant plus de 25 ans. Désireux de se concentrer davantage sur ses patients en optimisant les produits qu’il utilisait, il a développé des orthèses novatrices, simples d’application et agréables à porter.

Publicité
Activer le son

Le clinicien inventeur

Serge-Éric Blais est un « cheval de feu », passionné de tout, intense, épicurien, ancien sportif, verbomoteur, généreux, convaincu et convaincant. Lorsqu’il était petit, très curieux déjà, il était la main levée qui demandait toujours « pourquoi? ». Bon en dessin et motivé à « créer des trucs », il s’est naturellement dirigé vers le design industriel. Intéressé par l’humain, il a vite été un adepte du cours d’ergonomie qui se donnait comme objectif « d’aider le corps qui a des faiblesses ».

Il fabrique ses premiers modèles d’orthèses dans son garage, destinés à sa pratique, puis à quelques collègues. Fin 2016, un médecin français le contacte pour qu’il distribue sa production en France. « C’est là que tout change, souligne Serge-Éric Blais, car il me faut penser plus grand, trouver des distributeurs et adapter notre produit pour qu’il réponde aux normes européennes. » Il présente ses modèles à un congrès en France en juin 2017. Depuis, l’engouement impressionnant pour le concept Turtlebrace ne se dément pas. « Notre réussite est une histoire à la Cendrillon. »

Une (r)évolution

Les concepts orthopédiques Turtlebrace sont des orthèses d’immobilisation pouvant remplacer les moyens traditionnels (plâtres, bandes et attelles en fibre de verre, bottes de maintien).

La (r)évolution réside dans la composition de l’orthèse qui est faite d’un thermoplastique, c’est-à-dire un plastique qui se modifie à la chaleur et durcit en refroidissant, enrobé dans une enveloppe souple de tissu antibactérien en microfibres (utilisé pour la confection de vêtements sportifs). Grâce à ces orthèses moulables et remoulables, la stabilisation du membre ou de l’articulation touchée est plus facile, plus précise et plus rapide qu’une orthèse préfabriquée ou qu’une immobilisation plâtrée. Actuellement vendues au Québec, en Europe et en Afrique du Nord, elles sont produites de façon low-tech et écologiques : le plastique est compostable, le tissu jeté se décompose et les emballages sont réduits au strict minimum.

Esprit novateur, rigoureux et persévérant, Serge-Éric Blais n’en reste pas là. Il est en train de développer une orthèse de cheville pour les poupons, des corsets sur mesure, un sac chauffant portable pour le chauffage du moule et même des orthèses pour les animaux.

Un leader local pour une vision mondiale

L’entreprise, installée à Saint-Hyacinthe, compte actuellement trois employées, mais une dizaine est à prévoir pour l’automne et une vingtaine dans deux ans. « J’ai une belle équipe, petite mais efficace. Ce sont des perles, des personnes fières de leur travail et impliquées. Même si je suis le capitaine, chacune sait qu’elle a un rôle important à jouer. » 

Soutenu par les services de Développement économique de la MRC des Maskoutains (DEM) et par Saint-Hyacinthe Technopole, Serge-Éric Blais a choisi Saint-Hyacinthe, proche de son lieu d’habitation, pour le coût des espaces d’affaires et pour son grand dynamisme entrepreneurial. En plus de continuer à développer son entreprise et ses produits, Serge-Éric Blais voudrait à présent créer une fondation afin de redonner à la communauté et « d’aider à aider ».

image