10 Décembre 2015
Projet « On est in! » d’Autonomie en SoiE
L’art et la solidarité pour un monde meilleur
Par: Alain Bérubé

Le Centre de femmes L’Autonomie en SoiE a présenté en primeur, à la galerie d’art 1855 de Saint-Hyacinthe, le film « On est in! » réalisé par CréAction Mutu’Elles. Une exposition est en cours au même endroit jusqu’à la fin décembre. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le Centre de femmes L’Autonomie en SoiE a présenté en primeur, à la galerie d’art 1855 de Saint-Hyacinthe, le film « On est in! » réalisé par CréAction Mutu’Elles. Une exposition est en cours au même endroit jusqu’à la fin décembre. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Pauvreté, isolement, analphabétisme, injustices sociales… Avec le projet d’art communautaire militant « On est in! », présenté par les productions CréAction Mutu’Elles, le Centre de femmes ­l’Autonomie en SoiE de Saint-Hyacinthe a pour but de combattre certains préjugés et de susciter la réflexion afin d’améliorer le monde positivement.

Publicité
Activer le son

Durant un an, les ateliers CréAction ­Mutu’Elles ont permis à une quinzaine de femmes de se réunir, une fois par ­semaine, afin de discuter et d’analyser la société actuelle. Diverses formes ­artistiques, dont l’improvisation, le chant, le collage, le dessin et l’écriture, ont été utilisées.

Un court métrage de fiction, joué et ­réalisé par les participantes, relate le ­quotidien de cinq femmes qui décident de prendre leur avenir en main. « Vous ­allez voir, on va changer le monde un ­sourire à la fois! », lance un des personnages, Social Dynamite, durant le film.

« Lors de nos rencontres, nous avons partagé nos expériences et notre vision de la vie, en proposant l’art comme outil de transformation sociale », résume ­Caroline Laplante, responsable du projet et réalisatrice du court métrage.

Cette dernière se dit d’ailleurs ravie d’avoir vécu cette expérience des plus ­enrichissantes.

« Les participantes ont fait preuve ­d’enthousiasme et de créativité. Nous avons travaillé dans le plaisir et chacune d’entre nous en sort grandie », résume-t-elle.

L’intervenante Mandoline Blier n’a que de bons mots pour les femmes qui ont donné de leur temps au projet « On est in! ».

« C’était tout un défi car il y avait ­beaucoup d’incertitude au départ. Mais nous avons pu mettre nos forces en ­commun, afin de bien marier l’art et les revendications de chacune d’entre nous », affirme-t-elle.

Roxane Lavoie, une des participantes, parle d’un projet à la fois bénéfique et ­rassembleur.

« On réalise qu’il est possible de puiser dans ses ressources intérieures afin de réaliser des belles choses. C’est pour moi une grande fierté », déclare-t-elle.

Une exposition, en cours jusqu’à la fin décembre à la galerie d’art maskoutaine 1855 (au 1855, rue des Cascades), permettra de prolonger la réflexion ­amorcée par le court métrage. Au même endroit, un visionnement du film « On est in! » aura lieu lors d’un 5 à 7 le vendredi 18 décembre. Des copies du DVD seront disponibles sur place, ainsi que chez A­utonomie en SoiE.

Les productions CréAction Mutu’Elles tiennent à remercier l’organisme ­Engrenage Noir/Rouage, qui a soutenu financièrement le projet.

Pour en savoir davantage sur le projet : www.creactionmutuelles.com.

image