24 Décembre 2015
Projet de regroupement
Les Caisses Desjardins d’Acton Vale et de la Rivière Noire gardent le cap
Par: Alain Bérubé

René Chagnon et Pierre Thibault, présidents des Caisses Desjardins d’Acton Vale et de la Rivière Noire.

René Chagnon et Pierre Thibault, présidents des Caisses Desjardins d’Acton Vale et de la Rivière Noire.

Même si le projet de regroupement n’a pas obtenu le pourcentage de votes ­requis, les Caisses Desjardins d’Acton Vale et de la Rivière Noire ont bon espoir de pouvoir aller de l’avant afin d’officialiser la fusion dès janvier 2017.

Publicité
Activer le son

Deux assemblées générales extraordinaires avaient lieu en même temps, à Acton Vale, le 7 décembre. Alors que 95 % des 111 membres de la Caisse Desjardins d’Acton Vale appuyaient le projet de regroupement, les 150 membres présents à l’assemblée de la Caisse Desjardins de la Rivière Noire ont voté pour la proposition à 62 %.

« Nous avions besoin de 66,6 % des voix, soit sept votes de plus, pour que le projet soit appuyé de notre côté. Certains membres ont partagé leurs préoccupations et se sont questionnés sur diverses ­données. Nous devrons donc refaire nos devoirs afin de mieux expliquer les ­avantages d’un regroupement », affirme Pierre Thibault, président de la Caisse ­Desjardins de la Rivière Noire, qui couvre les municipalités d’Upton, de Saint-­Valérien-de-Milton, de Roxton Falls et de Béthanie.

Le président de la Caisse Desjardins ­d’Acton Vale, René Chagnon, se dit très ­satisfait du résultat lors de l’assemblée ­tenue par l’institution.

« Lors d’une assemblée précédente, il y avait plusieurs membres qui se posaient des questions. Mais heureusement, nos arguments ont été bien compris », déclare-t-il.

Les deux présidents espèrent que lors de la prochaine assemblée générale extraordinaire de la Caisse Desjardins de la Rivière Noire, prévue vers la fin janvier, les membres seront plus nombreux à appuyer le regroupement.

« C’est un projet trop important pour qu’on l’abandonne. On a travaillé très fort sur ce dossier et j’ai confiance que ce sera positif », indique M. Chagnon.

Les deux présidents affirment que le projet de regroupement, issu de réflexions faites durant les dernières années, s’inscrit dans l’évolution du réseau Desjardins.

« Nous croyons que le regroupement est la meilleure façon d’assurer le développement futur de nos organisations et nos communautés, et ainsi de répondre aux besoins des membres », disent-ils.

M. Thibault fait valoir que la concurrence est omniprésente et de plus en plus féroce.

« La présence physique est importante, mais il faut également être à l’affût au ­niveau technologique. Sinon, ce sera nos compétiteurs qui prendront la place », ­atteste-t-il.

René Chagnon fait valoir que bien que trois personnes sur quatre ont un compte chez Desjardins, moins de la moitié des ­volumes d’épargne et à peine plus de 50 % des volumes de crédit sont confiés aux caisses de la région. Il ajoute que la ­rentabilité est à la baisse depuis quelques années, ceci étant lié au contexte de bas taux d’intérêt sur le marché.

« En regroupant nos forces, on sera mieux positionné pour ramener les affaires de nos membres chez nous. Le nombre ­d’employés serait à peu près le même et nous pourrions continuer à supporter de nombreux projets sportifs, éducatifs, culturels et économiques de nos communautés respectives », conclut-il.

image