12 mai 2022
Les habitudes chamboulées pour réduire l’utilisation d’eau potable
Par: Sarah-Eve Charland
La Ville de Saint-Hyacinthe incite les citoyens à réduire leur consommation d’eau potable. Photo Pixabay

La Ville de Saint-Hyacinthe incite les citoyens à réduire leur consommation d’eau potable. Photo Pixabay

Les Maskoutains devront adapter leurs habitudes alors que les élus de la Ville de Saint-Hyacinthe visent un resserrement des règles concernant la consommation d’eau potable. Les règles touchant l’arrosage, le lavage de voiture et la climatisation ont changé.

Ces changements entreront en vigueur dès cet été. « Ça fait plusieurs années qu’on regarde notre consommation d’eau potable et qu’on essaie de freiner la hausse. On construit de plus en plus de nouvelles maisons à Saint-Hyacinthe. On n’a pas une réserve d’eau inépuisable. On veut amener notre population à mieux consommer et à moins consommer », affirme le maire de Saint-Hyacinthe, André Beauregard.

Le règlement a été adopté. L’arrosage de pelouse et d’autres végétaux sera permis seulement entre 6 h et 8 h, ainsi que de 19 h à 21 h. Les systèmes d’arrosage automatique devront être dotés de caractéristiques précises comme un détecteur d’humidité, un dispositif anti- refoulement et une vanne électrique. Le remplissage d’une piscine ou d’un spa sera interdit de 6 h à 20 h. Le lavage des véhicules sera permis de 7 h à 9 h et de 19 h à 21 h du lundi au vendredi et en tout temps la fin de semaine. Les horaires en lien avec les numéros pairs ou impairs des immeubles résidentiels demeureront en vigueur. Les systèmes de climatisation ou de réfrigération utilisant l’eau potable en continu devront être remplacés au plus tard le 1er avril 2025 par des compresseurs n’utilisant pas d’eau potable.

Au-delà des horaires d’arrosage et du lavage de voiture, la Ville espère amener la population à changer ses habitudes de vie. « Nous ferons de la sensibilisation pour tenter de changer la culture afin que la population cesse complètement l’arrosage des pelouses. Au lieu d’arroser, nous prônons de garder le gazon plus long afin qu’il préserve son humidité de manière naturelle. Un gazon qui est jaune n’est pas mort, mais plutôt en dormance. L’eau potable est une denrée précieuse. Nous devons optimiser son utilisation et la limiter à ce qui est essentiel. C’est l’affaire de tous », affirme la porte-parole de la Ville, Brigitte Massé.

Les pénalités ont aussi été bonifiées. Les amendes minimales sont passées de 100 $ à 200 $ pour une première infraction.

En adoptant ce règlement, la Ville souhaite s’arrimer à son Plan de développement durable 2021-2025, mais aussi à la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable. Le gouvernement a lancé cette stratégie en 2019 en collaboration avec l’Union des municipalités du Québec. Elle vise notamment la réduction de 20 % de la quantité d’eau distribuée par personne par rapport à l’année 2015.

Consommation d’eau en hausse

Depuis quelques années, la Ville de Saint-Hyacinthe observe une augmentation de la consommation d’eau potable par jour. De 2019 à 2021, la moyenne par jour est passée de 29,7 millions de litres d’eau à 30,7 millions de litres. En 2021, cela équivalait à environ 12 piscines olympiques d’eau par jour. Cette augmentation s’explique en partie par une croissance de la population maskoutaine. Pour cette même période, la Ville a cru de 2110 habitants.

Les vagues de chaleur ont aussi un impact sur la consommation d’eau. C’est pourquoi les changements à la réglementation touchent particulièrement l’utilisation d’eau potable en période estivale, mentionne le directeur du Service du génie à la Ville de Saint-Hyacinthe, Charles Laliberté.

« Nos pics de consommation se trouvent en été particulièrement durant les vagues de chaleur extrême. Nos journées maximales de consommation, c’est ça qui est très préoccupant pour la Ville. L’usine doit être conçue pour passer au travers la journée maximale de consommation. Ces journées-là sont en évolution. L’usine est vraiment sous pression pour remplir les réserves d’eau. Il faut s’assurer qu’on peut faire une distribution en continu durant ces périodes-là », poursuit M. Laliberté.

L’une des cibles visées par la Ville est de faire baisser la journée maximale sous la barre des 43 millions de litres. Les journées maximales représentent la journée durant l’année où la population a consommé le plus d’eau potable. Au cours des trois dernières années, les journées maximales se sont déroulées le 3 juillet 2019 (42,7 millions de litres), le 18 juin 2020 (48,7 millions de litres) et le 7 juin 2021 (46,8 millions de litres).

La Ville de Saint-Hyacinthe peut notamment compter sur son réservoir d’eau potable sous le parc Hertel-Cloutier à Douville pour sécuriser l’alimentation en eau. Les travaux qui se sont terminés en 2019 permettent d’avoir accès à 11,2 millions de litres d’eau en urgence.

image