10 novembre 2022
Service de sécurité incendie de la Ville de Saint-Hyacinthe
Manque criant de personnel dans la spécialité Hazmat
Par: Jérémy Bezeau
La spécialité Hazmat est sur la corde raide à Saint-Hyacinthe. Photothèque | Le Courrier ©

La spécialité Hazmat est sur la corde raide à Saint-Hyacinthe. Photothèque | Le Courrier ©

Après avoir délégué les spécialités de sauvetage en espace clos et en hauteur à d’autres municipalités de la région dans les derniers mois, la Ville de Saint-Hyacinthe pourrait aussi devoir délaisser la spécialité Hazmat, selon le président du syndicat des pompiers de Saint-Hyacinthe, Simon Laflamme.

Celui-ci estime que l’équipe en place ne serait pas en mesure de répondre à des interventions d’envergure en raison du manque de personnel formé.

Cette équipe est spécialisée dans les interventions en matières dangereuses dans le but de répondre aux appels à Saint-Hyacinthe, mais également dans les MRC des Maskoutains et de La Vallée-du-Richelieu en plus des villes de Saint-Césaire, de Saint-Constant et de Sainte-Catherine. Selon M. Laflamme, seulement cinq pompiers sont formés pour répondre à ce genre d’appel présentement. On en comptait 15 avant une vague de démissions qui a frappé de plein fouet le Service de sécurité incendie.

« Malheureusement, en raison du manque de formation et de la non- reconnaissance des membres de l’équipe, plus 80 % des pompiers de cette équipe ont délaissé cette spécialité », affirme le président du syndicat, qui explique qu’un bon nombre d’entre eux aurait quitté en raison du climat malsain qui perdure dans les négociations entre le syndicat et la Ville sur la convention collective.

Avec les départs des dernières semaines, M. Laflamme ne voit aucune solution au manque de personnel qui frappe la spécialité Hazmat. Il croit, à la lumière des circonstances, que la Ville de Saint-Hyacinthe n’aura d’autre choix que de faire appel aux villes avoisinantes pour son service de spécialité Hazmat. Les villes de Drummondville, de Granby et de Sorel-Tracy sont les villes les plus près.

Plus nuancé, le maire de Saint- Hyacinthe, André Beauregard, tient à mettre les choses en perspective. Pour lui, il n’a jamais été question d’abandonner la pratique de la spécialité Hazmat à Saint-Hyacinthe. « Tu me l’apprends aujourd’hui! À la Ville, il n’a jamais été question de délaisser ce service. Le service est là pour rester. S’il le faut, on va prendre tous les moyens pour former des pompiers », affirme-t-il.

Selon ce que LE COURRIER a appris, un cadre formateur de la spécialité Hazmat aurait lui aussi remis sa démission dans les dernières semaines. Selon M. Laflamme, cette démission vient encore fragiliser davantage une spécialité qui bat de l’aile. M. Beauregard considère qu’il y a toujours moyen de s’arranger en formant un nouveau cadre.

image