3 février 2022
Retrouvailles avec les salles à manger
Par: Sarah Villemaire
Les salles à manger des restaurants sont accessibles à la clientèle depuis le 31 janvier au Québec. Malgré la capacité réduite, la salle à manger du Pacini de Saint-Hyacinthe peut accueillir 150 convives. Photothèque | Le Courrier ©

Les salles à manger des restaurants sont accessibles à la clientèle depuis le 31 janvier au Québec. Malgré la capacité réduite, la salle à manger du Pacini de Saint-Hyacinthe peut accueillir 150 convives. Photothèque | Le Courrier ©

Soulagement pour le milieu de la restauration alors que les salles à manger des restaurants ont pu rouvrir lundi au grand bonheur des gestionnaires et de la clientèle.

Contrairement aux précédents confinements imposés par le gouvernement, la fermeture des salles à manger n’aura été que de courte durée, cumulant cette fois-ci quatre semaines d’impasse. Essoufflés par les nombreuses contraintes des derniers mois, des restaurateurs maskoutains se disent satisfaits de cet assouplissement.

« On a réussi à s’en sortir avec la formule de commande pour emporter, mais il était temps que l’on rouvre pour le bien-être de nos employés et de notre clientèle », affirme Nathalie Gosselin, directrice aux opérations et développement chez Pacini. Prévoyante, la bannière avait d’ailleurs simulé une réouverture avec les employés afin d’ouvrir dans un avenir rapproché. « Ça faisait près de deux semaines que l’on se préparait à une potentielle réouverture pour le 31 janvier. On a rappelé nos employés pour connaître ceux qui souhaitaient rester avec nous. Heureusement, tout le monde est revenu et on n’a pas eu besoin de réengager pour le moment », renchérit Mme Gosselin.

Pour l’équipe du Zibo! de Saint- Hyacinthe, le bonheur était à son comble parmi les employés qui avaient hâte de se retrouver. « On a fait plusieurs rencontres avec nos employés pour s’assurer du bon fonctionnement pour les prochaines semaines. Non seulement on forme une équipe, mais aussi une grande famille. Ça nous a fait grandement plaisir de nous voir enfin lundi », mentionne Félix Dulude, responsable sur le plancher du resto-bar Zibo!.

Heureux du dénouement, le gérant du comptoir santé La Vie La Vie du centre-ville, Dominic McBrearty, se garde tout de même une petite réserve face à cette annonce. « Oui c’est un soulagement, mais il y a toujours de l’incertitude. On ne sait pas si c’est terminé pour de bon ou si l’on devra faire face à une autre fermeture éventuellement », réplique-t-il.

Somme toute, le restaurateur se dit bien heureux de servir les adeptes de mets végétariens et végétaliens en formule pour emporter ou en salle à manger.

Au cœur de la Saint-Valentin

La réouverture des salles à manger coïncide avec l’approche imminente de la fête de l’amour, le 14 février. Déjà lundi, quelques clients avaient même réservé leur table pour cette date. « Les réservations ont déjà débuté. Comme on est à 50 % de capacité, les gens sont conscients que les places sont limitées et préfèrent réserver », souligne la gestionnaire du Pacini.

De son côté, l’équipe de La Vie La Vie croit que la routine de sa clientèle devrait reprendre son cours d’ici la mi-février. « À chaque réouverture, les clients reviennent de façon graduelle. Comme ça prend toujours d’une à deux semaines avant de reprendre un rythme normal, j’ai espoir que la Saint-Valentin va attiser les passions des épicuriens et des amateurs de bons plats santé », conclut Dominic McBrearty.

image