2 décembre 2021
Sport-études
Suspension de deux matchs pour avoir pris en photo des joueurs dévêtus
Par: Sarah-Eve Charland

Deux joueurs de hockey en sport-études de l’école secondaire Fadette avec l’équipe du Vert et Noir M13 AAA ont pris en photos d’autres joueurs nus, sans leur consentement, avant de partager les photos à d’autres élèves. La direction de l’équipe sportive a conclu le dossier en imposant une suspension de deux matchs, une sanction décriée par certains parents.

Même si le Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSSH) assure être intervenu, la porte-parole Esther Charrette précise que la situation de sextage s’est produite à l’extérieur du « cadre scolaire » pendant une période de sport-études.

« [L’école] a aussi appliqué les sanctions prévues à son code de vie afin que les responsables de ces actions puissent prendre conscience des conséquences de leur comportement et des enjeux qui y sont liés. Il importe de souligner que les programmes de sport-études sont offerts dans des lieux extérieurs à l’école par des organisations sportives indépendantes de l’école. Ce sont donc ces organisations qui ont la responsabilité des élèves durant la demi-journée où ils pratiquent leur sport, qu’il s’agisse de l’encadrement sportif, de la gestion du groupe ou de la discipline », précise-t-elle.

Mme Charrette affirme que l’école a effectué les suivis nécessaires auprès des partenaires, des parents et des élèves concernés. Elle n’a pas voulu confirmer s’il y avait eu une conséquence supplémentaire à celle imposée par l’organisation sportive. Elle se limite à dire qu’une enquête à la Sûreté du Québec (SQ) est en cours. La porte-parole de la SQ, Valérie Beauchamp, n’a pas voulu confirmer s’il y a eu une plainte, encore moins la nature s’il y a lieu, concernant un événement à cette école secondaire.

La porte-parole du CSSSH a tenu à préciser que le sextage n’est pas un comportement accepté dans les écoles. L’école Fadette assure participer au programme SEXTO, qui est un partenariat entre l’école, les services de police et le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), visant à prévenir et à sensibiliser les élèves au phénomène du sextage.

L’équipe ne commente pas

Les jeunes fautifs s’en sont donc tirés avec une suspension de deux matchs, ont dénoncé des parents qui estiment que la punition banalise le geste. Le directeur du programme sport-études du Vert et Noir, Benoit Rajotte, a refusé de confirmer la suspension de deux matchs. « On va s’abstenir de commentaires par rapport à cet événement-là. Je n’ai pas de détails à vous donner. Je ne sais pas comment vous l’avez su, mais je ne pense pas que ce soit d’intérêt public », estime-t-il.

Précisons que toute photo de personne mineure à caractère sexuel, que la personne soit consentante ou non, est considérée comme de la pornographie juvénile selon le Code criminel. « On est très au courant de ces lois-là. On gère notre organisation de la bonne façon. On ne fera pas de commentaires », ajoute-t-il.

image