19 janvier 2023
Tournoi national de hockey M13 de Saint-Hyacinthe
Un retour satisfaisant malgré quelques défis
Par: Maxime Prévost Durand
La 48e édition du Tournoi national de hockey M13 de Saint-Hyacinthe s’est conclue dimanche avec la finale opposant les Lions du Lac Saint-Louis aux Estacades de la Mauricie dans la classe AAA élite. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La 48e édition du Tournoi national de hockey M13 de Saint-Hyacinthe s’est conclue dimanche avec la finale opposant les Lions du Lac Saint-Louis aux Estacades de la Mauricie dans la classe AAA élite. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le désistement d’une équipe AAA élite à la dernière minute, du mécontentement à la suite de la suspension d’un joueur tout juste avant la finale de son équipe : l’organisation du Tournoi national de hockey M13 de Saint-Hyacinthe a fait face à quelques défis pour son grand retour, après deux ans d’absence. Elle tire néanmoins une grande satisfaction de sa 48e édition, qui s’est conclue dimanche soir au Stade L.-P.-Gaucher.

« Ça n’a pas été facile parce que tout le monde était un peu rouillé, mais pour nous, c’est un succès », a résumé le président du tournoi, Lucien Beauregard, au terme de la dernière journée d’activités.

Ses réflexes ont été mis à l’épreuve lorsque les Seigneurs des Mille-Îles, la meilleure équipe dans la classe AAA élite en saison régulière, ont dû se désister à la dernière minute. L’équipe avait déjà signalé son intention de se retirer quelques jours plus tôt parce qu’elle allait profiter d’une opportunité de patiner sur la glace du Centre Bell et de visiter l’aréna des Canadiens de Montréal en compagnie d’anciennes gloires du Bleu-Blanc-Rouge le 14 janvier. Les organisateurs ont cru momentanément avoir trouvé un compromis à la veille du début des matchs de la classe AAA élite, à défaut d’une équipe de remplacement, mais le désistement s’est finalement confirmé.

« On a joué au yoyo un peu avec eux. Le mardi soir [le 10 janvier], l’équipe nous disait que tout était correct, mais malheureusement, les parents ont décidé de ne pas venir parce que c’était trop compliqué, raconte M. Beauregard. Cela dit, on comprend très bien la situation. Ça leur faisait beaucoup de voyagement. Ils auraient joué ici à 13 h, ensuite ils devaient être au Centre Bell à 17 h, puis ils seraient revenus pour jouer un match à 21 h [s’ils avaient accédé à la demi-finale]. C’était beaucoup trop. On a donc dû refaire l’horaire en catastrophe parce qu’on garantit trois matchs à chaque équipe et, avec le retrait de Mille-Îles, certaines équipes auraient joué juste deux matchs, donc on a arrangé quelque chose. »

Une autre situation, bien différente, a tenu en haleine les organisateurs lors du premier week-end d’activités. Un joueur a été transporté à l’hôpital en ambulance par mesure préventive après une mise en échec par-derrière. Heureusement, il s’en est tiré sans blessure grave, a assuré M. Beauregard. Le joueur pris en défaut pour ce geste a quant à lui été expulsé de la partie et une suspension lui a été attribuée par les officiels, ce qui l’a empêché de participer à la finale avec son équipe par la suite.

« C’est sûr que les parents du jeune n’étaient pas d’accord, surtout que son équipe jouait pour la finale ensuite, mais la décision n’a rien à voir avec l’organisation du tournoi, a expliqué M. Beauregard. Ça ne nous fait pas plaisir qu’un joueur soit suspendu, mais ce sont les règles et ce sont les officiels qui rendent ces décisions. »

La foule répond présente

Pour la première fois, le tournoi avait ouvert ses portes au public tout à fait gratuitement pour l’ensemble des parties. La formule a porté ses fruits alors que l’organisation estime que près de 5000 spectateurs ont visité le Stade L.-P.-Gaucher et le complexe Isatis durant le tournoi.

« On a eu un très bon achalandage. On va garder la même formule l’an prochain avec l’entrée gratuite, a indiqué M. Beauregard. Ça génère peut-être un peu moins de revenus, mais ça amène plus de monde et on est très satisfaits de ça. »

Fidèle à son habitude, l’organisation du Tournoi national de hockey M13 de Saint-Hyacinthe prévoit de remettre un montant important à l’Association de hockey mineur de Saint-Hyacinthe grâce aux revenus engrangés lors de sa 48e édition. Aucun montant n’a été avancé pour le moment.

« On veut toutes les équipes AAA élite pour le 50e »

La 48e édition à peine terminée, le Tournoi national de hockey M13 de Saint-Hyacinthe met déjà le cap sur sa 49e édition… et même la 50e. En vue de son prochain anniversaire, l’organisation prépare déjà le terrain pour frapper un grand coup, soit d’accueillir l’ensemble des équipes de la classe AAA élite.

« On veut avoir toutes les équipes AAA élite pour le 50e anniversaire du tournoi. Une semaine complète serait dédiée à cette catégorie », a dévoilé Lucien Beauregard, excité par ce projet inédit pour le tournoi.

Cette année, une dizaine d’équipes sur les 25 de la classe AAA élite au Québec étaient inscrites au tournoi maskoutain, avant le désistement des Seigneurs des Mille-Îles.

Pour attirer l’ensemble des clubs, l’organisation du tournoi devra travailler main dans la main avec la Ligue de hockey élite du Québec, au sein de laquelle ces équipes évoluent.

« Dès demain, j’embarque sur ce dossier, a mentionné le président du tournoi de Saint-Hyacinthe. On a déjà eu des discussions préliminaires, mais je dois aller chercher des garanties pour préparer le terrain avec la Ville au niveau des heures de glace. »

À l’heure actuelle, Lucien Beauregard est optimiste que le projet puisse se concrétiser. « La LHEQ ne regrettera pas de venir ici », a-t-il assuré.

image