24 novembre 2022
Simleader
Un système ambulancier complet vendu à Dubai
Par: Jérémy Bezeau
L’ambulance construite par l’entreprise maskoutaine Simleader comporte un poste de conduite virtuelle et une boîte d’ambulance complète. Photo Simleader

L’ambulance construite par l’entreprise maskoutaine Simleader comporte un poste de conduite virtuelle et une boîte d’ambulance complète. Photo Simleader

L’ambulance construite par l’entreprise maskoutaine Simleader comporte un poste de conduite virtuelle et une boîte d’ambulance complète. Photo Adam Boestridge | Le Courrier ©

L’ambulance construite par l’entreprise maskoutaine Simleader comporte un poste de conduite virtuelle et une boîte d’ambulance complète. Photo Adam Boestridge | Le Courrier ©

Spécialisée dans la sécurité routière et la formation sur simulateur, l’entreprise maskoutaine Simleader vient de vendre à Dubai un système complet de simulation de conduite d’ambulance pour une somme de près de 250 000 $ américains.

L’entreprise a conçu un poste de conduite et une boîte d’ambulance en simulation sur mesure destinés à des étudiants de Dubai, aux Émirats arabes unis. Le simulateur permet de pratiquer les techniques de conduite des paramédicaux. Il est possible d’apprendre les bases tout en roulant en ambulance avec un coéquipier à l’arrière. Le but est de travailler toutes sortes de situations et d’habituer les étudiants aux réalités du métier. Il est possible d’analyser ses performances par la suite pour avoir des comptes-rendus. Un mannequin est aussi à la disponibilité des étudiants pour toutes sortes de manœuvres.

« En faisant des simulateurs personnalisés, on fait tout ce que les grosses compagnies ne veulent pas faire. Ça prend vraiment des fous et des passionnés pour faire ce qu’on fait! », s’exclame le directeur général du développement des affaires de Simleader, Robert-François Demers.

Ce dernier voit un certain potentiel quant à la demande de simulateurs ambulanciers. En plus du simulateur qui est en route pour Dubai, un projet pour le Vietnam est en élaboration. Des modèles semblables ont aussi trouvé preneur au Texas, en Arizona et au Nebraska. En moyenne, si tout va bien, l’assemblage d’un système prend entre 3 et 4 mois à une dizaine d’employés.

Questionné à savoir comment une ville des Émirats arabes unis en est venue à faire affaire avec une petite entreprise maskoutaine, Robert-François Demers avoue que tout s’est fait par l’entremise d’Internet. « Tout a débuté au moment où ils nous ont trouvés sur Internet. La confiance était déjà au rendez-vous dès les premiers contacts avec eux en raison de notre historique avec des pays étrangers comme la Jordanie », explique-t-il.

image