10 novembre 2022
Pénurie de main-d’œuvre dans la restauration
Adolescents et travailleurs étrangers en renfort
Par: Adaée Beaulieu
Sans l’embauche d’adolescents, le McDonald’s du secteur Douville n’aurait pas pu ouvrir ses portes en mars dernier en raison de la pénurie de main-d’œuvre actuelle. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Sans l’embauche d’adolescents, le McDonald’s du secteur Douville n’aurait pas pu ouvrir ses portes en mars dernier en raison de la pénurie de main-d’œuvre actuelle. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Alors que la pénurie de main-d’œuvre frappe l’ensemble des milieux de travail, LE COURRIER a vérifié ce qu’il en était dans les restaurants de Saint-Hyacinthe et des environs. Résultat? Le recrutement d’adolescents y est à la mode et les travailleurs étrangers sont de plus en plus recherchés chez les restaurateurs rencontrés.

Superviseur pour l’ensemble des McDonald’s de Saint-Hyacinthe, Marcel Létourneau raconte que le nombre d’employés de 13 et 14 ans est passé d’environ quatre à une quarantaine au cours de l’année 2021. Chez les 14 ans et moins, il précise qu’une autorisation parentale est nécessaire, une obligation confirmée par le porte-parole de la CNESST, Nicolas Bégin.

Le superviseur des McDonald’s mentionne qu’il n’aurait jamais été en mesure d’ouvrir la nouvelle succursale de Douville en mars dernier sans l’apport de la main-d’œuvre étudiante. Un défi majeur demeure tout de même avec les jeunes adolescents au niveau des horaires de travail. « Un jeune veut travailler 10-12 heures par semaine et ses parents ne souhaitent pas qu’il travaille en soirée la semaine. À cet âge, les jeunes suivent aussi leurs parents pendant les vacances d’été, ce qui nous oblige à toutes sortes d’acrobaties au niveau des horaires. C’est tout un casse-tête », explique-t-il en mentionnant que le grand avantage avec les jeunes est qu’ils vont souvent recruter leurs amis et même les former.

Directeur des opérations pour les Tim Hortons de Saint-Thomas-d’Aquin, de Sainte-Hélène-de-Bagot et d’Acton Vale, Stéphane Michaud a entre autres engagé une jeune fille de 14 ans qui se montrait fort insistante, mais il ne souhaite pas descendre en bas de cet âge pour des raisons de maturité.

Travailleurs étrangers

M. Michaud peut néanmoins souffler un peu grâce à trois travailleurs étrangers temporaires du Mexique arrivés il y a environ trois semaines. Il a d’ailleurs pu rouvrir les salles à manger.

La franchisée propriétaire des restaurants McDonald’s de Saint-Hyacinthe, Geneviève Bédard, a pour sa part entamé des démarches depuis plus d’un an pour faire venir des travailleurs étrangers qui devraient travailler à Granby. Une solution qu’elle évalue à environ 50 000 $ pour les faire venir.

Le propriétaire de la Rôtisserie St-Hubert de Saint-Hyacinthe, Steve Deslauriers, travaille lui aussi sur l’embauche de deux candidats de l’île Maurice et deux autres du Mexique. En raison de l’embauche d’adolescents plus jeunes, M. Deslauriers a décidé de donner la formation avant le premier quart de travail.

De plus, tous ses employés se voient offrir gratuitement l’accès à des ressources externes, notamment pour les questions de santé mentale, un aspect qu’il ne faut surtout pas négliger avec les adolescents.

Même s’il recrute surtout des jeunes de 15 ans et plus dans les Tim Hortons qu’il gère, Stéphane Michaud s’assure de les jumeler avec des employés plus expérimentés. Les fermetures se font toujours à trois employés et il ne fait généralement pas travailler les plus jeunes le soir.

image