17 Décembre 2020
Un an après les événements au Shaker
Anthony Seyer tourne la page
Par: Olivier Dénommée

Anthony Seyer s’est exprimé sur une vidéo qu’il a publiée sur Facebook le 8 décembre, un an jour pour jour après l’agression sauvage qui l’a défiguré et qui aurait très bien pu le tuer. Photo capture d’écran

Le 8 décembre, un an jour pour jour après l’altercation au bar le Shaker qui a bien failli lui coûter la vie, Anthony Seyer a publié une vidéo sur sa page Facebook pour faire le point sur la dernière année.

Publicité
Activer le son

Dans sa vidéo de tout près de 7 minutes, le Maskoutain de 22 ans a décidé de parler « une dernière fois » de la soirée du 7 au 8 décembre 2019, même s’il n’avait pas de très bonnes nouvelles à annoncer à ceux qui espéraient que celui qui lui a lacéré le visage à l’aide d’un verre fasse face à la justice.

« Aller en cour, je réalise que ça m’aurait apporté énormément d’anxiété et de stress. Présentement, dans ma vie, je n’en ai pas besoin », explique celui qui a renoncé à poursuivre son agresseur au civil après avoir appris en février que le Directeur des poursuites criminelles et pénales n’irait pas de l’avant au criminel.

« Le système de justice au Québec n’est pas parfait, mais heureusement, j’ai été accepté par l’IVAC, l’Indemnisation des victimes d’actes criminels », poursuit-il, se trouvant tout de même chanceux de vivre dans une province qui vient en aide aux victimes plutôt que de les laisser à elles-mêmes.

Le Maskoutain est aussi revenu sur les événements du 8 décembre 2019, où il s’est battu avec un autre homme après que celui-ci eut fait des attouchements à sa sœur sous ses yeux au Shaker. Il y relate le fil des événements tels que vus par les caméras de sécurité du bar et confirme qu’il a été frappé à deux reprises au visage à l’aide d’un verre par l’ami de celui qui s’en était pris à sa sœur. « Ça m’a enlevé un énorme poids sur les épaules. Je sais que j’ai bien fait et je recommencerais demain sans hésiter. »

« Je suis heureux »

Malgré l’amertume qu’il semble démontrer de savoir que celui qui l’a défiguré il y a un an n’aura jamais à faire face à ses actes, Anthony Seyer parvient à se dire heureux depuis les événements. « Je suis content de dire que, présentement, je suis heureux », assure-t-il, remerciant les spécialistes qui l’aident toujours sur une base régulière dans sa guérison. Même si le côté gauche de son visage n’a pas complètement retrouvé sa capacité de mouvement d’avant l’agression, on remarque que la balafre est beaucoup plus discrète qu’il y a plusieurs mois.

La « pause » imposée par cet incident lui a aussi permis, selon lui, de trouver le bonheur d’une autre façon. « Avant mon accident, je voulais être enseignant et je n’ai pas pu [poursuivre dans cette voie], mais maintenant, j’aide mon père [Marc Seyer] à la boxe. C’est comme enseigner : j’enseigne à des gens [qui ont envie] d’être là et j’adore ça. » Il croit que la pandémie de COVID-19 peut avoir du positif pour certaines personnes qui pourraient elles aussi profiter d’une pause pour « regarder si on est réellement heureux ». « Et si la réponse est non, trouvez un autre moyen pour devenir heureux. »

« Je ferme un chapitre de ma vie pour en ouvrir un autre. Je suis vraiment excité », conclut dans sa vidéo un Anthony Seyer souriant, après avoir remercié le Québec pour la vague d’amour qui a déferlé sur lui depuis les événements. Depuis, la vidéo a été largement commentée et partagée par des gens qui n’avaient que de bons mots pour son courage et son attitude exemplaire dans les circonstances.

Anthony Seyer n’a pas souhaité émettre d’autres commentaires concernant la dernière année lorsque joint par LE COURRIER.

image