13 août 2015
Sports équestres
Béatrice étincelante à l’International Bromont
Par: Maxime Prévost Durand
Béatrice Daviault avec son cheval Billy Brown. Photo Eugénie Ferdais

Béatrice Daviault avec son cheval Billy Brown. Photo Eugénie Ferdais

Béatrice Daviault avec son cheval Billy Brown. Photo Eugénie Ferdais

Béatrice Daviault avec son cheval Billy Brown. Photo Eugénie Ferdais

À sa première compétition de calibre international, la cavalière Béatrice Daviault, à peine âgée de 15 ans, a fait des ravages à l'International Bromont dans la classe de 1,10 m aux épreuves de sauteur de niveau junior amateur avec sa monture, Billy Brown.

La jeune fille de Saint-Damase est montée sur le podium à huit reprises, remportant du coup quatre épreuves au cours des trois semaines d’activités. Une de ses victoires a été obtenue à une épreuve mini-prix, où le degré de difficulté est plus élevé et le parcours beaucoup plus exigeant au niveau technique.

Au terme de la compétition, elle a été élue meilleure cavalière dans la classe 1,10 m en raison de tous les points qu’elle a accumulés.

« Il s’agissait de sa première incursion au sein d’une compétition internationale, a indiqué son entraîneuse Catherine Lefebvre, des Écuries Méliès. Elle était l’une des plus jeunes de sa classe, un peu comme l’underdog. »

Depuis l’âge de six ans, Béatrice gravite autour du milieu équestre.

En 2014, elle participait aux Jeux du Québec, où elle a remporté une médaille de bronze en saut d’obstacles. Plus tôt cette année, elle a tout raflé aux concours régionaux de l’Estrie pour assurer sa place aux Jeux équestres du Québec, Caballista, qui se tiendront à la mi-septembre à Bromont.

Si on savait déjà dans son clan qu’elle possède un véritable talent en tant que cavalière, ses performances à l’International Bromont ont tout de même surpris.

« Ce sont ses premiers faits d’armes à l’International Bromont. On aurait cru obtenir ce genre de succès l’an prochain », a avoué son entraîneuse.

Béatrice travaille avec le cheval Billy Brown depuis deux ans et la communion entre les deux est à point, ce qui explique le succès de la paire. Catherine Lefebvre décrit la cavalière comme étant une jeune fille « perfectionniste, sérieuse et très mature ».

Pour participer à l’International Bromont, les cavaliers n’avaient qu’à s’y inscrire, sans passer par un processus de qualification. Des cavaliers du Québec et certains des États-Unis luttaient dans la même classe que la Damasienne.

image