10 février 2022
Bonduelle dans la mire d’un nouvel acquéreur
Par: Sarah Villemaire
Treize usines canadiennes et américaines régies par Bonduelle Amériques, dont celle établie à Saint-Denis-sur-Richelieu, ont été mises en vente par l’entreprise. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Treize usines canadiennes et américaines régies par Bonduelle Amériques, dont celle établie à Saint-Denis-sur-Richelieu, ont été mises en vente par l’entreprise. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Alors que la filiale nord-américaine du géant français de l’agroalimentaire Bonduelle Amériques a annoncé en décembre la mise en vente de ses usines au Québec, une offre d’achat serait présentement à l’étude, selon les échos de Fabien Fontaine, président de Préval AG.

D’ici les prochaines semaines, une annonce concernant le rachat des 13 usines canadiennes et américaines, incluant celle de Saint-Denis-sur-Richelieu, pourrait être annoncée par la direction. « Je n’ai pas les détails de la transaction, mais il y a un fonds d’investissement nord-américain qui serait sur le dossier. C’est une transaction à la fois importante et imminente », croit Fabien Fontaine.

Mentionnons que le directeur général de Bonduelle Amériques, Daniel Vielfaure, a fait part de cette annonce lors de l’assemblée générale des Producteurs de légumes de transformation du Québec (PLTQ) qui s’est tenue à Saint-Hyacinthe le 8 décembre.

Bien qu’en pleine croissance dans le secteur depuis l’achat des Aliments Carrière et ses usines québécoises en 2007, l’entreprise souhaite prendre un pas de recul dans le domaine nord-américain. « Le poids de Bonduelle Amérique du Nord à l’intérieur du Groupe Bonduelle est devenu plus important que prévu. Aussi, les ventes de légumes de transformation aux marques privées des épiceries ont atteint 51 %, devenant ainsi plus importantes que celles aux marques de Bonduelle. Et Bonduelle avait comme critère de ne pas dépasser 50 % des ventes aux marques maison, alors le conseil d’administration a décidé de vendre la division nord-américaine », a précisé l’hebdomadaire La Terre de chez nous en citant M. Vielfaure.

Surpris de cette annonce, Fabien Fontaine se dit perplexe quant aux motivations de l’entreprise. « Je n’ai pas compris les intentions de cette entreprise aussi importante en agriculture de se départir du volet nord-américain. Serait-ce un retrait d’affaires déguisé? Une retraite? C’est difficile à expliquer pour l’instant, mais ceci est surprenant venant d’une équipe aussi bien structurée », conclut Fabien Fontaine.

image