31 Décembre 2020
Carte blanche
Ça va aller
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

J’ai l’impression que l’année maudite ne mourra pas le 31 décembre. Comme si à la fin d’un livre, on découvre qu’il reste encore des centaines de pages à lire… dans un autre livre. 2021, c’est juste des mois de plus à 2020.

Le pire, c’est que certains diront : « Jamais nous n’aurions pu imaginer ce qui allait arriver. » Quels astrologues ratés, s’cusez le pléonasme, on aurait dû s’en douter! On connaît l’humain. On sait comment il raisonne, fonctionne et consomme. Et s’il a arrêté de scier la branche sur laquelle il est assis, c’est uniquement parce qu’il a délocalisé la job à des sous-traitants pour avoir les mains libres de s’empiffrer pendant que les virus voyagent plus vite qu’un colis Amazon. La pandémie n’aura fait qu’exposer le troupeau d’éléphants dans la cuisine de notre déni. Collectivement, nous ne sommes pas prêts ni pour cette crise ni pour les suivantes, car nous sommes… humains. L’injustice, les inégalités sociales et notre égoïsme triomphant multiplient nos divisions et nous cherchons des boucs émissaires à notre confort mortifère.

Le slogan « Ça va bien aller » avait mis la barre trop haute. Il aurait été plus humain de se limiter à : « Ça va aller ». Parce que, honnêtement, ça n’ira pas « bien ». Malgré toute notre science, nous n’avons toujours aucun vaccin contre la bêtise humaine. Ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de « bien ». Il y aura encore de la musique, des films, du théâtre, des voyages et des rencontres. Il y aura de la beauté, de l’amour, du partage et des humains qui nous redonneront confiance en l’humanité.

Pour 2021, en plus de la santé, je vous souhaite l’empathie, la bienveillance et des instants de bonheur. Mais je ne vous dirai pas : « Ça va bien aller ».

Juste… ça va aller.

image