9 décembre 2021
Cela va-t-il changer?
Par: Le Courrier

Je suis un résident d’un CHSLD et j’ai 20 ans, j’ai vu ce qui s’est produit et ce qui va se passer…

Fatigué

Exténué

Épuisé

Crevé

Stressé

Sous-payé

C’est comme ça que se sent le personnel de la santé

Un système de santé qui est en train de s’effondrer

Des préposés qui demandent à être écoutés

Respectés

Épaulés

Mieux payés

Des congés mieux placés pour se reposer

Je les connais, je les écoute parler, chanter, je les endure, je les côtoie, j’écoute chaque chose qu’ils me disent que ce soit niaiseux, important ou triste, je sais qu’ils sont écœurés du manque de personnel

Un manque d’infirmières auxiliaires et d’infirmières qui est très lourd

Fatigué

Exténué

Épuisé

Crevé

Stressé

Sous-payé

C’est comme ça que se sent le personnel de la santé

Des infirmières auxiliaires et infirmières qu’on doit ramasser à la petite cuillère

Elles peuvent à peine faire la litière de leur chat

Car elles travaillent

7

8

9

Jours d’affilée

Obligées de rentrer durant leur seule journée de congé

Sans même pouvoir refuser

Sinon qui donnerait les médicaments et ferait les pansements

Un gouvernement

Qui fait des promesses

Mais sa seule solution, c’est de donner plus d’argent

Pour acheter leur paix

Sans régler aucun problème

Une révolution

Une guerre

Une défaillance

C’est ce qui va arriver si rien ne change

Ça leur prend tout leur petit change pour rester

Sans oublier les infirmières auxiliaires et préposées

Qui sont

Blessées

Dépressives

Problème de santé qui ne peut pas se régler par manque de temps

Leurs familles se sentent oubliées, abandonnées

Laissées à elles-mêmes

C’étaient nos héros de la pandémie, mais elles sont traitées comme des zéros

Il est grand temps que le gouvernement ouvre les yeux avant que le pire arrive

Fatigué

Exténué

Épuisé

Crevé

Stressé

Sous-payé

C’est comme ça que se sent le personnel de la santé

Mais pendant ce temps, je peux faire une seule chose, les soutenir jusqu’à ce que tout change, les encourager à longueur de journée, leur rappeler pourquoi ils sont là et surtout les remercier, car sans eux, en vérité, je ne pourrais jamais me lever ou me coucher…

Zack Bouchard, résident du Centre Andrée-Perrault

image