10 juin 2021
Piètre qualité des terrains de baseball
« C’est assez de faire rire de nous »
Par: Maxime Prévost Durand

Le conseiller municipal André Beauregard a fait une sortie pour dénoncer la piètre qualité des terrains de baseball et l’inaction de la Ville qui dure depuis trop longtemps dans ce dossier.Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Des terrains de baseball de piètre qualité mettant en danger la sécurité des joueurs et des investissements absents de la part de la Ville de Saint-Hyacinthe pour remédier à la situation. Le conseiller municipal André Beauregard a dressé un portrait peu reluisant des infrastructures utilisées par les joueurs de baseball maskoutains, lundi, dans une sortie en pleine séance publique.

Publicité
Activer le son

« C’est assez de faire rire de nous à Saint-Hyacinthe à cause de la [piètre] qualité de nos terrains de baseball », a-t-il lancé lors de son tour de parole après la période de questions.

Au total, la Ville de Saint-Hyacinthe compte sept terrains de baseball sur son territoire. Ceux-ci sont situés aux loisirs Douville (2), La Providence, Saint-Thomas-d’Aquin, Sainte-Rosalie, Saint-Sacrement et Assomption.

« Les avant-champs manquent de terre, les champs extérieurs sont en mauvais état et ils servent souvent de parc à chien, les clôtures sont dangereuses à plusieurs endroits et les investissements ne sont pas au rendez-vous, a énuméré M. Beauregard dans un portrait global de la situation. […] Il faut arrêter de dire que nous n’avons pas d’argent et passer à l’action pour la correction des nombreux problèmes. »

Le conseiller municipal, impliqué bénévolement dans l’association de baseball de Saint-Hyacinthe depuis plusieurs années à titre de trésorier, a par ailleurs soulevé qu’un nombre record d’inscriptions est enregistré en vue de la prochaine saison. Plus de 400 joueurs s’aligneront avec une équipe cet été, un nombre qui a « pratiquement doublé en dix ans ».

« Si la Ville n’agit pas dans ce dossier, les utilisateurs et les parents vont se mobiliser pour faire bouger les choses, a-t-il averti. Ils sont tannés et ça fait des années que ça dure. »

Quelques minutes plus tôt, lors de la période de questions, le président de Baseball Saint-Hyacinthe, Danny Brunelle, et le responsable du programme sport-études baseball à l’école secondaire Fadette, Sébastien Allard, avaient tous deux interpellé les élus maskoutains sur ces mêmes questions. Ils souhaitaient notamment savoir s’il était dans les plans de la Ville d’améliorer la sécurité des joueurs et si de nouvelles infrastructures étaient prévues prochainement. M. Allard a même déploré que Saint-Hyacinthe soit « la seule grande ville au Québec sans terrain de baseball de calibre majeur » et s’est demandé à quand remontaient les derniers investissements faits pour cette discipline en sol maskoutain.

« Nos terrains sont vieillissants et le nombre de joueurs de baseball augmente effectivement, a commencé le maire Claude Corbeil, en réponse à ces interrogations. Nous explorons la possibilité de créer éventuellement un complexe de baseball regroupant plusieurs terrains, mais ce n’est pas un projet à court terme. En ce moment, nous sommes en train de faire le plan de mise à niveau des infrastructures de baseball. Nous allons aussi valider le plan annuel d’entretien des terrains avec l’association, sans oublier les entretiens plus récurrents. Pour ce qui est de la sécurité des joueurs, nos équipes [de travaux publics] s’affairent à rehausser les clôtures devant les bancs des joueurs pour tous les terrains de baseball à Saint-Hyacinthe. C’est un pas dans la bonne direction. »

Joint par LE COURRIER au lendemain de sa sortie, André Beauregard a réitéré que les budgets alloués pour l’entretien des terrains de baseball « ne sont pas « suffisants » présentement.

« En 2020, on avait un montant de 100 000 $ prévu pour améliorer l’état des terrains, mais à cause de la COVID, il n’a pas été utilisé. […] Ce montant qui n’a pas été investi se fait encore plus ressentir en 2021. »

Il a déploré qu’aucun plan annuel d’intervention ne soit défini pour assurer la qualité des terrains. « Si on avait ça, ce serait déjà un début, a-t-il laissé tomber. En ce moment, les responsables font ce qu’ils peuvent. »

Bien que sa sortie ciblait précisément les terrains de baseball, le conseiller a reconnu que ces infrastructures n’étaient pas les seules à manquer d’amour. « Je pense que c’est la même chose pour les terrains de soccer naturels. Je ne pense pas qu’ils soient en si bon état. »

Pour faire valoir leur point, le conseiller André Beauregard et le président de Baseball Saint-Hyacinthe, Danny Brunelle, feront la tournée des terrains de baseball de la ville en compagnie du régisseur sports et plein air du Service des loisirs, Michel Rouleau, dans les prochains jours.

image