10 novembre 2022
Chevrolet Camaro SS contre Dodge Challenger 392 : bataille de titans
Par: Le Courrier
Chevrolet Camaro SS 2023. Photo Chevrolet Canada

Chevrolet Camaro SS 2023. Photo Chevrolet Canada

Dodge Challenger. Photo Dodge Canada

Dodge Challenger. Photo Dodge Canada

Il faut bien l’avouer, les essais de véhicules – et l’intérêt des consommateurs – se tournent de plus en plus vers les véhicules électriques. Ce qui, à plus ou moins long terme, signifie la mort des gros moteurs énergivores à essence. C’est pourquoi, quand l’occasion se présente, il est impossible de refuser.

Surtout quand on vous propose d’essayer non pas un, mais deux des « muscle car » les plus importants du marché, la Chevrolet Camaro 2SS (avec ensemble de performance) et le Dodge Challenger Scat Pack 392 Widebody. Les noms peuvent sembler rébarbatifs, mais la conduite, elle, est toujours inspirante.

Car, avouons-le, c’est d’abord le plaisir de conduite qui dicte notre envie d’essayer ce genre de véhicule. Ce n’est certainement pas le coût d’achat – chacun tourne aux environs de 70 000 $ – ni la question de l’économie de carburant, les deux opposants affichent une cote similaire supérieure à 13 litres aux 100 kilomètres.

Question conduite cependant, à laquelle s’ajoutent la sonorité, la tenue de route et le plaisir brut, réglons la chose de suite : la semaine a été tout simplement exceptionnelle!

Chevrolet Camaro 2SS

La Chevrolet Camaro s’est largement modernisée au fil des ans. Celle qui avait fait une longue pause dans sa fabrication est depuis revenue sur le marché avec des technologies de pointe et un comportement exceptionnel.

Surtout quand la version essayée est la coupée 2SS avec l’ensemble de performance 1LE conçu pour la piste. En gros, il s’agit d’une Camaro améliorée, dont l’exceptionnelle tenue de route est accentuée par la présence de suspensions Magnetic Ride, d’un différentiel à glissement limité électronique et par des freins Brembo dont l’efficacité ne peut être mise en doute.

À cela s’ajoutent des sièges sport Recaro offrant un confort et un support indéniables. Tout cela pour un prix de 61 000 $, soit environ 10 000 $ de moins que sa concurrente. Jumelez tout cela à une boîte manuelle 6 rapports dotée d’un système de Rev Matching que l’on peut activer avec des palettes au volant. En gros, elle fait pour vous, et de la plus belle des façons, le talon-pointe parfait.

Sous le capot, un moteur V8 6,2 litres de 455 chevaux et de 455 livres-pied de couple, dont la sonorité est spectaculaire.

Mais la Camaro n’a pas que de bons côtés. Sa position de conduite est difficile à maîtriser, la visibilité latérale et ¾ arrière n’a rien de réaliste et l’embrayage demande un effort violent pour être maîtrisé, ce qui force le conducteur à conduire plus près du volant qu’il ne l’aurait souhaité.

Côté pratique, l’espace de chargement est difficile d’accès et la cabine, lilliputienne.

Dodge Challenger Scat Pack 392 Widebody

Ici, il est question de pure nostalgie. Le Challenger a, plus que la Camaro, conservé son style d’époque. La partie avant, en particulier, rappelle les versions originales de la puissante voiture. La notion de « widebody » permet un élargissement des arches de roue, pour une allure encore plus méchante.

Sous le capot, un moteur 6,4 litres de 8 cylindres développant quelque 485 chevaux, jumelé à une boîte automatique 8 vitesses Torqflite. Un mariage puissant et dont la sonorité résonne jusque dans les moindres recoins de votre âme quand vous actionnez le moteur (au détriment de la quiétude des voisins en revanche).

Les accélérations en ligne droite sont foudroyantes. L’espace intérieur est vaste et, au-delà de sa puissance, le Dodge Challenger s’impose comme une confortable sportive routière. Sauf que les roues très larges à l’arrière font littéralement bondir le véhicule à chaque sillon rencontré sur la route. Le volant, aux dimensions proches de celui d’un autobus scolaire, se prend bien en main, mais demande une maîtrise constante. Quant au système multimédia, il est efficace, mais date un peu.

Il faut dire que le Challenger est sur ses dernières déclinaisons, et on sait déjà que 2023 marquera sa dernière année.

En résumé

Je l’avoue, mon cœur de vieux rebelle aime bien le Dodge Challenger, pour son look nostalgique et sa conduite plus exigeante certes, mais aussi plus robuste. En fait, il est aussi le préféré de Chérie, et on fait littéralement la course à chaque sortie de la maison pour savoir qui sera le premier à prendre le volant.

Quant à la Camaro, elle est la reine de la conduite précise. Il est vrai que la visibilité est mauvaise et que ses pneus sportifs sont aussi un peu inconfortables, mais sa direction, ses suspensions et le modernisme de son système la rendent définitivement plus agréable. Du moins, pour les vrais amateurs de conduite de performance.

Moi, je deviens vieux, et mon cœur penche vraiment vers la Dodge!

image