4 août 2022
Conteneurs DDI et DDI Environnement changent de main
Par: Sarah-Eve Charland
Conteneurs DDI et DDI Environnement ont été achetées par JMV Environnement. Les activités du Centre de tri DDI ne sont pas touchées par cette transaction. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Conteneurs DDI et DDI Environnement ont été achetées par JMV Environnement. Les activités du Centre de tri DDI ne sont pas touchées par cette transaction. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Il n’est pas étonnant d’observer des camions de JMV Environnement aux abords des installations du Centre de tri DDI à Saint-Pie puisque l’entreprise spécialisée dans le transport en vrac a mis la main sur Conteneurs DDI, Entreprise J. Boucher et DDI Environnement.

L’entreprise maskoutaine JMV Environnement continue son expansion. L’entreprise a acheté toutes les actions de Conteneurs DDI et Entreprise J. Boucher qui appartenaient à l’homme d’affaires maskoutain Patrick Dillaire. Elle a aussi acquis 75 % des actions de DDI Environnement. La part restante de 25 % appartient toujours à Michel Gagné. L’entreprise sœur Centre de tri DDI demeure toutefois aux mains de Patrick Dillaire.

« C’est notre modèle d’affaires chez JMV. Depuis trois ans, on a fait 12 acquisitions. C’est comme ça qu’on fait croître l’entreprise, en faisant l’acquisition de compétiteurs. […] Les acquisitions sont intégrées dans JMV Environnement. On est en négociation pour trois autres compagnies et on pense en régler deux d’ici la fin de l’année 2022 », souligne le président de JMV Environnement, Vincent Boulay.

M. Boulay n’a toutefois pas voulu dévoiler le montant des investissements que cela représentait. Les acquisitions se font autant dans le domaine de l’environnement que de la collecte de déchet et du transport.

Afin de disposer de la matière qu’on trouve dans les conteneurs en location par le biais de Conteneurs DDI et DDI Environnement, JMV Environnement fait donc affaire avec le Centre de tri DDI à Saint-Pie. Le Centre de tri a fait l’objet de nombreuses plaintes au ministère de l’Environnement au cours des trois dernières années, menant d’ailleurs à des constats d’infraction. Il lui était reproché d’amonceler de la matière triée et non triée à l’extérieur en grande quantité.

« On n’est pas inquiets. M. Dillaire a mis aux normes [le site]. Tout est selon les règles du Ministère. Les constats d’infraction ont été réglés », poursuit M. Boulay.

Le maire de Saint-Pie, Mario St-Pierre, fait le même constat. Le site a été nettoyé l’été dernier. Depuis, la Municipalité n’a pas reçu de plainte de citoyens. « Depuis ce temps-là, tout est rentré dans l’ordre. Le tri se fait dans le bâtiment comme il se doit. On n’a pas un mot à dire. On est satisfait des changements qui ont été faits. Il n’y a plus d’amoncèlement de matériaux comme on voyait avant. Il ne faudrait pas qu’ils recommencent. Ça ne passerait pas. »

La Ville de Saint-Pie a d’ailleurs adopté un changement de zonage afin d’interdire à l’avenir les activités de recyclage et de récupération dans cette zone. L’entreprise dispose d’un droit acquis.

« Si l’entreprise devait cesser ses activités, cela mettrait fin au droit acquis. Même si elle devait changer de propriétaire, ce serait correct, mais ce n’est pas le cas. C’est encore Patrick Dillaire [le propriétaire] », ajoute M. St-Pierre.

Depuis le printemps 2021, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a réalisé trois inspections sur le site du Centre de tri. Au cours des deux premières visites, les inspecteurs ont conclu que les activités commerciales respectaient les conditions de son certificat d’autorisation. Lors de la troisième inspection, le ministère a émis un avis de non-conformité pour avoir permis le rejet de contaminants, contrevenant à la Loi sur la qualité de l’environnement.

Au moment de mettre sous presse, Patrick Dillaire n’avait pas été en mesure de nous contacter.

image