21 octobre 2021
COVID-19 : cas et hospitalisations à la hausse
Par: Maxime Prévost Durand
Toujours pas de répit du côté de la COVID-19. La hausse des cas actifs observée dans la région maskoutaine au cours des dernières semaines se poursuit toujours et le nombre d’hospitalisations à l’Hôpital Honoré-Mercier refuse de diminuer.
Publicité
Activer le son

Selon les plus récentes données, 62 cas actifs sont rapportés dans la MRC des Maskoutains, soit une quinzaine de plus que la semaine précédente. La majorité d’entre eux se trouvent à Saint-Hyacinthe, où on rapporte 56 cas actifs. C’est un bond considérable pour la ville-centre, qui recensait 19 cas de moins une semaine plus tôt.

À cet effet, plus d’une vingtaine de cas sont associés au milieu scolaire. Le Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe a indiqué mercredi qu’elle comptabilisait 21 cas dans ses établissements, principalement au primaire. À elle seule, l’école Sainte-Rosalie en cumulait huit. Quatre cas avaient aussi été détectés au sein de l’école Larocque, puis trois ont été rapportés respectivement du côté de l’école Lafontaine et du Centre de formation des Maskoutains. Des cas isolés dans les écoles Assomption et Bois-Joli-Sacré-Coeur ainsi qu’à l’École professionnelle de Saint-Hyacinthe figuraient aussi parmi ces données.

pression sur l’hôpital

Pendant ce temps, l’Hôpital Honoré- Mercier est aux prises avec un nombre élevé d’hospitalisations liées à la COVID-19. Une dizaine de personnes infectées sont prises en charge, dont une aux soins intensifs, pour recevoir des soins. À titre comparatif, six personnes étaient hospitalisées en zone chaude une semaine plus tôt à l’hôpital maskoutain.

La pression sur le réseau de la santé se fait d’ailleurs ressentir à différents niveaux alors qu’un corridor de service temporaire en néonatalogie a dû être mis en place avec l’Hôpital Pierre-Boucher depuis la mi-septembre pour les nouveau-nés nécessitant une hospitalisation.

« Il est toutefois important de mentionner que nous n’avons fait aucun transfert de nouveau-né jusqu’à présent et que nous avons tout de même du personnel formé en néonatalogie à l’Hôpital Honoré-Mercier pour s’occuper des nouveau-nés ayant un besoin », a précisé la conseillère aux relations médias du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est, Marianne Paquette, ajoutant que ce corridor de service est une « mesure de prévoyance ».

Contrairement à ce qui a été rapporté par d’autres médias, tous les accouchements sont maintenus à l’Hôpital Honoré-Mercier, a-t-elle assuré. « [Les femmes qui doivent accoucher] peuvent se présenter à Honoré-Mercier, il n’y a pas de bris de service. »

Le CISSS de la Montérégie-Est a néanmoins reconnu que « la situation est en effet critique en ce qui a trait aux effectifs pour les services d’obstétrique, de néonatalogie et de pédiatrie à l’Hôpital Honoré-Mercier, comme partout ailleurs ». Un corridor de service avait tout de même été mis en place avec l’Hôtel-Dieu-de-Sorel en septembre « car il y avait un enjeu d’expertise en salle d’accouchement [à Honoré-Mercier] ». Celui-ci a été « ponctuel pour quelques quarts de travail en particulier », a indiqué Mme Paquette.

image