3 Décembre 2015
David Savard prend ses aises avec les Blue Jackets
Par: Maxime Prévost Durand

David Savard prend ses aises avec les Blue Jackets

David Savard prend ses aises avec les Blue Jackets

Le Maskoutain David Savard était de passage au Centre Bell mardi alors que les Blue Jackets rendaient visite au Canadien. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Tout semble sourire au défenseur David

Publicité
Activer le son

« Ça va super bien depuis les deux ­dernières années, lance-t-il en souriant. Il y a encore place à l’amélioration, mais je me sens de plus en plus confiant sur la glace et à l’aise de jouer contre des premiers trios. Au ­début ça peut être intimidant, mais ­maintenant je vois comme un beau défi le fait de jouer contre les meilleurs joueurs au monde. »

Jumelé surtout avec Jack Johnson sur la première paire de défenseurs, Savard ­obtient beaucoup de temps de jeu – plus de 25 minutes par match – et se veut l’un des piliers de la brigade défensive des Blue Jackets.

L’entraîneur-chef John Tortorella, en poste depuis octobre après le congédiement de Todd Richards, a d’ailleurs ­témoigné de sa confiance à l’égard du ­Maskoutain mardi en point de presse. « Savy? Il est un très bon joueur! […] On veut l’impliquer davantage offensivement. Il y a du temps de glace pour lui. Rien ne l’arrête, il est toujours prêt à sauter sur la glace. »

Depuis son arrivée à la barre des Blue ­Jackets, Tortorella amène un style de jeu plus agressif, un style qui colle bien au Maskoutain. « Il veut que les défenseurs avancent vers l’offensive pour créer de ­l’attaque. Il croit que c’est quelque chose qui peut nuire à l’autre équipe et qui est plus dur à contrer », raconte Savard.

S’il a marqué onze buts en 2014-15, un sommet chez les défenseurs des Jackets, l’athlète de 25 ans n’a pas encore trouvé le fond du filet jusqu’à maintenant cette ­saison en 26 parties. « Je ne dois pas mettre le focus là-dessus, estime le numéro 58. Ça fait plusieurs matchs que j’ai de bonnes chances de marquer, je sens que ça s’en vient. »

L’équipe a traversé une dure séquence en début de saison, encaissant sept revers consécutifs pour lancer la campagne. Cette séquence a mené au congédiement de l’entraîneur Todd Richards. Mais peu à peu, les choses se mettent en place à ­Columbus.

« Le début de saison a été un peu ­décevant, mais on est en train de remonter tranquillement. On est plus constants et ça paraît dans la colonne des victoires », soutient l’athlète de 25 ans.

La paix d’esprit

Avec son nouveau contrat à long terme, d’une valeur de 21 M$ US pour cinq ans et effectif dès l’an prochain, David Savard a obtenu la stabilité qu’il recherchait, une sécurité pour sa famille. Père d’une petite fille depuis peu, il a décidé après la signature du contrat d’acheter une maison à Columbus afin d’y établir sa petite famille.

« Le hockey est un monde assez spécial. Tu sais que tu peux changer de place assez rapidement. Quand tu n’as pas de contrat, tu te demandes toujours ce qui va se passer l’année suivante. […] C’est le fun de savoir que je serai au même endroit pendant longtemps. »

image