5 mai 2016
Marché immobilier résidentiel à Saint-Hyacinthe
Début d’année au ralenti
Par: Le Courrier
La Chambre immobilière de Saint-Hyacinthe vient de publier les statistiques du marché immobilier résidentiel de l’agglomération de Saint-Hyacinthe, établies d’après la base de données provinciale Centris(R) des courtiers ­immobiliers.
Publicité
Activer le son

Les ventes de maisons ont chuté de 13% par rapport au premier trimestre de 2015 »

Ainsi, 143 ventes résidentielles ont été réalisées au cours du premier trimestre de 2016, soit une diminution de 13 % par rapport au premier trimestre de 2015. Cette diminution contraste avec une hausse de 8 % à l’échelle provinciale.

Par catégories de propriétés, l’unifamiliale a affiché un bilan négatif des ventes, alors que 98 maisons ont changé de mains, soit 4 % de moins que lors du ­premier trimestre de 2015. Les transactions de copropriétés ont quant à elles chuté de 19 %, avec seulement 30 unités vendues. Du côté des immeubles locatifs de deux à cinq logements (plex), 15 ventes ont été réalisées au cours des trois ­premiers mois de l’année, contre 25 à la même période en 2015.

Le nombre de propriétés résidentielles à vendre a pour sa part diminué pour un cinquième trimestre consécutif, alors que pour la période de janvier à mars 2016, on a observé une baisse de 3 % des inscriptions en vigueur. « Le recul continu de l’offre depuis le début de 2015 fait en sorte que les conditions du marché ne se sont pas détériorées, et ce, malgré la baisse des ventes », ­souligne Normand Racine, ­président de la Chambre immobilière de Saint-Hyacinthe et porte-parole de la ­Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) pour cette région. « Le segment des maisons unifamiliales demeure relativement équilibré, tandis qu’il y a un léger avantage du côté de l’acheteur pour les copropriétés et le plex », ajoute-t-il.

Le prix médian des unifamiliales a affiché une progression de 2 % par rapport au premier trimestre de 2015, alors que la moitié des maisons se sont vendues à un prix supérieur à 219 000 $. Le prix médian des copropriétés (161 663 $) est quant à lui demeuré inchangé comparativement à l’année précédente.

Finalement, les unifamiliales se sont vendues, en moyenne, en 111 jours lors du premier trimestre de 2016, soit 9 jours de moins qu’à la même ­période en 2015. Il a cependant fallu six mois en moyenne pour que les copropriétés trouvent preneur.

image