24 novembre 2022
La Fabrique Saint-André cherche à se départir d’une œuvre de l’artiste valois
Dehors Lemoyne
Par: Sarah Villemaire
L’œuvre Jean XXIII de Serge Lemoyne est exposée à l’église Saint-André d’Acton Vale. Photo Sarah Villemaire | Le Courrier ©

L’œuvre Jean XXIII de Serge Lemoyne est exposée à l’église Saint-André d’Acton Vale. Photo Sarah Villemaire | Le Courrier ©

Exposé à l’église d’Acton Vale, le portrait du pape Jean XXIII, peint par l’artiste Serge Lemoyne, pourrait être prochainement mis en vente par la Fabrique Saint-André. Bien que peu reconnue pour sa valeur esthétique, cette œuvre historique mériterait une place de choix à Acton Vale, croit l’archiviste et ami de la famille Lemoyne, François Gauthier.

Non mis en évidence, le tableau fait partie du mobilier de l’église d’Acton Vale depuis la fin des années 1950. Cette création de Lemoyne a d’ailleurs été réalisée à la demande de la paroisse d’Acton Vale alors que l’artiste peintre, devenu un grand nom de l’art contemporain québécois, n’avait que 17 ans.

Selon les écrits de Lemoyne recueillis par M. Gauthier, cette première commande l’aurait motivé à poursuivre sa carrière d’artiste peintre. « Tout collectionneur de Lemoyne s’entendrait pour dire que cette œuvre de jeunesse ne représente aucunement la créativité de Lemoyne. Ce projet artistique n’aurait pas une grande valeur ajoutée dans une galerie d’art, mais il a certainement une grande valeur historique pour le patrimoine valois. Il se doit d’être mis en valeur localement », affirme François Gauthier.

Tout comme l’archiviste, le curé de l’église Saint-André, Alain Mitchell, souhaiterait offrir une meilleure visibilité à cette œuvre. « J’aime l’art et le travail de Serge Lemoyne, mais je crois que ce tableau n’a pas sa place dans un lieu de culte. Il mériterait d’être exposé ailleurs que dans l’église », souligne M. Mitchell.

L’idée de vendre cette œuvre a été proposée par l’un des membres du conseil de la Fabrique de la paroisse Saint-André. La somme récoltée par une éventuelle vente servirait à financer différents projets de la paroisse, soit l’entretien de la bâtisse ou la mise en place de projets pastoraux. Somme toute, quelques étapes doivent être franchies avant de procéder à la vente officielle d’une œuvre appartenant à une église.

« Avant tout, l’offre d’un éventuel acheteur doit être soumise au curé et, par conséquent, aux membres du conseil de la Fabrique. Si les membres approuvent en majorité, la proposition est acheminée à l’évêché qui donnera son accord ou non de la vente de l’œuvre. Dans ce cas-ci, l’évêché pourrait bien refuser de vendre le tableau de Lemoyne, ce qui mettrait définitivement fin au processus de vente », explique le curé Mitchell. À ce jour, aucun potentiel acheteur n’aurait encore déposé d’offre au conseil de la Fabrique, soutient Alain Mitchell.

Encourager l’art local

Peu importe l’avenir de cette œuvre, François Gauthier souhaiterait que ce tableau reste dans les archives de la Municipalité.

« Cette œuvre doit rester à Acton Vale, car son histoire est directement en lien avec celle de la Ville. Ce n’est pas une œuvre intéressante pour un collectionneur de Serge Lemoyne, car la demande pour du patrimoine religieux est peu présente. Elle n’a pas non plus une grande valeur monétaire, car il est difficile de chiffrer une pièce historique. C’est pour ces raisons que la Ville devrait reconsidérer cette œuvre afin de l’exposer à la bibliothèque municipale ou à l’hôtel de ville, par exemple. Bref, elle mérite une place de choix, ne serait-ce que pour sa valeur historique », mentionne-t-il.

Questionnés par LE COURRIER lors de la séance du conseil municipal du 21 novembre, les conseillers municipaux de la Ville d’Acton Vale se sont prononcés en faveur de l’étude de ce dossier visant à conserver l’œuvre dans la Municipalité.

« On invite la Fabrique de la paroisse Saint-André à nous faire part de leur projet de vente de l’œuvre de Serge Lemoyne et on regardera de notre côté si l’on avance ou non dans cette acquisition. Cette demande sera mise à l’étude comme tout autre dossier de ce genre », a précisé la conseillère municipale Annie Gagnon.

À la mémoire de Serge

Ami de longue date de l’artiste valois, François Gauthier s’est donné comme mission d’archiver toutes les œuvres de Serge Lemoyne depuis 2006. Ce travail de moine lui a permis de mettre sur pied plusieurs expositions, dont l’exposition temporaire Salut Lemoyne présentée dans différents musées régionaux au fil des dernières années.

« Le fait de monter cette exposition m’a permis de photographier toutes les œuvres et de relire tous les écrits de mon ami. Par la force des choses, je suis devenu la référence de l’œuvre de Serge et je suis fier de pouvoir valoriser son travail même après son décès », conclut humblement M. Gauthier.

Considéré comme l’enfant terrible de l’art visuel québécois, Serge Lemoyne a vu le jour à Acton Vale en 1941. Il s’est éteint le 12 juillet 1998. Parmi ses œuvres les plus marquantes, on trouve sa série de Bleu-Blanc-Rouge. Sa carrière et son œuvre ont fait l’objet d’une rétrospective, Lemoyne : Hors jeu, qui fusionne l’art et le sport, au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) il y a quelques mois à peine.

image