12 juillet 2018
Médiation culturelle
Des aînés se remettent à la broderie
Par: Maxime Prévost Durand

Une dizaine d’aînés de la Résidence Saint-Hyacinthe ont participé à la création d’une œuvre de broderie dans le cadre du programme de médiation culturelle en compagnie de l’artiste Caroline Laplante et en collaboration avec le Centre de femmes L’Autonomie en soiE. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Une dizaine d’aînés de la Résidence Saint-Hyacinthe ont participé à la création d’une œuvre de broderie dans le cadre du programme de médiation culturelle en compagnie de l’artiste Caroline Laplante et en collaboration avec le Centre de femmes L’Autonomie en soiE. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’artiste Caroline Laplante montrant certains détails de la robe concoctée pour l’exposition « Au fil des conversations ». Photo François Larivière | Le Courrier ©

Une dizaine d’aînés de la Résidence Saint-Hyacinthe ont participé au cours du mois de juin à un projet de médiation culturelle initié par l’artiste multidisciplinaire Caroline Laplante. Pour l’occasion, une grande robe a été brodée par les participants, laquelle est exposée au Centre culturel Humania Assurance jusqu’au mardi 7 août.

Publicité
Activer le son

Avec ses fils à broder, ses aiguilles à coudre et ses morceaux de tissus, Caroline Laplante est allée à la rencontre de ces aînés en compagnie d’intervenantes du Centre de femmes L’Autonomie en soiE pour différents ateliers qui ont mené à la confection de l’œuvre.

Lorsqu’on leur a présenté le projet, quelques-unes étaient réticentes, mais une fois lespremiers coups d’aiguilles donnés, le plaisir a pris toute la place. « Au début, certaines disaient qu’elles ne seraient pas capables, que ça faisait trop longtemps, mais je pense que ça a donné quelque chose de très beau à la fin », a souligné Chantal Demanche, récemment devenue copropriétaire de la résidence avec Julie Halde.

Certaines participantes, dont l’âge moyen était d’environ 92 ans nous a-t-on dit, avaient appris à broder dès leur plus jeune âge et ont été appelées à ressortir leurs connaissances. L’un des résidents a même décidé de se joindre à l’aventure. « Ce que je retiens, ce sont les discussions, les sourires et le partage de connaissances qui ont animé ces ateliers », a soutenu l’artiste Caroline Laplante, fière de ce qui a été accompli.

Kathleen Martin, co-coordonnatrice de L’Autonomie en soiE, a quant à elle rappelé qu’il faut créer plus de lieux d’échange comme ceux-là. « Pour nous, ça fait partie de nos valeurs de faire ressortir le potentiel de chacune et de rallumer cette petite lumière qui est parfois mise en veilleuse », a-t-elle indiqué. Celle-ci a d’ailleurs profité du vernissage, la semaine dernière, pour remettre une fleur à chaque participant afin de les remercier de leur contribution.

Il s’agit d’un deuxième projet créé dans le cadre du programme de médiation culturelle, rendu possible par la Ville de Saint-Hyacinthe avec la participation du ministère de la Culture et des Communications du Québec. Cette réalisation, dont l’exposition est nommée « Au fil de la conversation », se joindra au précédent projet dévoilé plus tôt en juin, « Apprendre à se connaître », de l’artiste Ginette Morneau et des membres du Mouvement Action Loisirs inc.

image