9 Décembre 2021
Des célébrations des fêtes permises malgré la hausse des cas de COVID-19
Par: Maxime Prévost Durand
L’augmentation des cas de COVID-19, à laquelle la région maskoutaine n’échappe pas, n’aura pas raison des festivités de Noël pour une deuxième année consécutive. Il sera permis de tenir des rassemblements privés avec un maximum de 20 personnes vaccinées, a annoncé mardi le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé.

Cet allégement aux mesures sanitaires entrera en vigueur à partir du 23 décembre. D’ici là, la limite de dix personnes – ou de personnes provenant de trois adresses différentes – réunies dans un rassemblement privé à l’intérieur sera maintenue.

Cette décision a été prise malgré la menace du variant Omicron, qui est pour l’instant peu présent au Québec, et la hausse importante des cas de COVID-19 dans les dernières semaines. La stabilité des hospitalisations et des décès permet d’aller de l’avant avec ces nouveaux assouplissements, a expliqué le ministre Dubé.

« Avec la situation actuelle, malgré les incertitudes, on pense qu’il est important de récompenser les Québécois pour leur excellent travail au niveau de la vaccination et du respect des règles sanitaires », a-t-il souligné en point de presse.

L’augmentation des cas de COVID-19 qui est observée à l’échelle du Québec se répercute également à Saint-Hyacinthe et dans la MRC des Maskoutains. En date de mardi, 64 cas actifs étaient rapportés dans la MRC, ce qui représente près de trois fois plus de personnes infectées qu’à la mi-novembre. Pour Saint-Hyacinthe seulement, on dénombrait 38 cas, puis les municipalités de Saint-Jude et Saint-Louis comptaient respectivement sept et cinq cas actifs. Les 14 autres cas étaient dispersés dans sept municipalités, soit à Saint- Damase, Sainte-Hélène-de-Bagot, Sainte- Madeleine, Saint-Liboire, Saint-Pie, Saint-Barnabé-Sud et Saint-Bernard-de-Michaudville.

Pendant ce temps, la campagne de vaccination progresse chez les 5 à 11 ans alors qu’un peu plus de 34 % des enfants de ce groupe d’âge ont reçu une première dose au sein du Réseau local de santé Richelieu-Yamaska, qui couvre les territoires de Beloeil, Saint-Hyacinthe et Acton Vale. Ce taux augmente de jour en jour, a souligné la direction de santé publique de la Montérégie, alors que la campagne se poursuit à travers les écoles et dans les centres de vaccination.

Actuellement, les jeunes enfants (0 à 9 ans) sont les plus touchés par la COVID-19, a fait savoir la santé publique. Pas moins de 40 % des éclosions en Montérégie surviennent présentement en milieu scolaire, plus particulièrement dans les écoles primaires.

Au sein des établissements du Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe, 42 cas étaient rapportés mardi, dont 36 dans des écoles primaires. Parmi les plus touchées, l’école aux Quatre-Vents compte 18 cas, puis l’école Roméo-Forbes en dénombre huit.

Par ailleurs, il a été annoncé en début de semaine que de nouveaux groupes de personnes seront admissibles à recevoir une troisième dose de vaccin. Dès maintenant, les personnes atteintes de maladies chroniques, les femmes enceintes et les travailleurs de la santé sont invités à prendre un rendez-vous s’il s’est écoulé six mois ou plus depuis leur deuxième dose. Une dose de rappel sera aussi recommandée aux personnes de 60 ans et plus. Les personnes âgées de 65 à 69 ans pourront prendre leur rendez-vous à compter du 4 janvier sur le portail Clic Santé, tandis que les 60 à 64 ans pourront le faire dès le 6 janvier.

image