23 décembre 2021
Des dépenses accrues en 2022
Par: Sarah-Eve Charland
L’ouverture de la nouvelle bibliothèque en 2022 entraînera la masse salariale de la Ville de Saint-Hyacinthe vers le haut. Photothèque | Le Courrier ©

L’ouverture de la nouvelle bibliothèque en 2022 entraînera la masse salariale de la Ville de Saint-Hyacinthe vers le haut. Photothèque | Le Courrier ©

L’une des principales variations dans le budget 2022 de la Ville de Saint-Hyacinthe touche la masse salariale qui a fait un bond de 18,69 %.

Le budget lié à la rémunération atteint 24 M$. La hausse s’explique en partie par la municipalisation de la Corporation aquatique maskoutaine et de la Corporation du parc Les Salines, ainsi que par les indexations salariales des nouvelles conventions collectives. La Corporation aquatique et des Salines regroupent respectivement 45 et plus de 13 employés.

Les frais de la Sûreté du Québec continuent d’augmenter de 5 % chaque année, déplore le maire André Beauregard. Les frais s’élèvent à 11,3 M$ en 2022 et la hausse représente un montant de 550 000 $. « [Concernant les augmentations], on espère que ça va devenir un peu plus contrôlées au fil des années, mais on dit la même chose depuis plusieurs années. […] Il y a des services qu’on est satisfait. Il y a des services qu’on aime un peu moins. Au niveau de l’émission de constats d’infraction, on trouve que ça a baissé ces dernières années », mentionne M. Beauregard.

Il y a quelques années, la Ville réussissait à récupérer près de 1,2 M$ en constats d’infraction. Au terme de 2021, Saint-Hyacinthe devrait plutôt recevoir un montant de 468 698 $. Au cours de la prochaine année, elle espère mettre la main sur près de 900 000 $ en revenus.

La quote-part à la MRC des Maskoutains a aussi connu une hausse importante, soit de 21,7 %, pour atteindre 2 M$ en 2022. Plusieurs transferts de responsabilités justifient cette hausse, dont l’intégration du Forum-2020 à la MRC et le transfert de la gestion du transport en commun local. L’engagement avec l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) pour le transport local se terminera en 2022. La Ville a donc réfléchi sur sa volonté ou non de poursuivre avec ce transporteur. Elle a finalement choisi de confier la gestion à la MRC qui a développé une expertise avec le transport adapté.

Saint-Hyacinthe prévoit aussi de dégager des économies en ne contribuant plus au financement du train de banlieue, ce qui est possible depuis peu pour les villes qui n’ont pas le service directement sur leur territoire. Elle n’aura plus à remettre près de 420 000 $ annuellement au service.

Le budget de la Médiathèque maskoutaine connaîtra aussi une hausse notable de 37,4 % en 2022 pour atteindre 2 M$. La Ville estime que le déménagement et l’ouverture de la nouvelle bibliothèque T.-A.-St-Germain en septembre 2022 entraîneront cette hausse. M. Beauregard assure qu’une plus grande bibliothèque nécessitera plus d’employés et de ressources matérielles.

Les dépenses allouées à la biométhanisation représentent 2,5 M$ en 2022, ce qui représente une baisse de 4,26 %. Selon le maire, cette baisse s’explique par le nouveau contrat du transport des rejets. Les revenus projetés liés aux intrants organiques et au biométhane sont de 5 015 861 $ en 2022.

Contrairement aux deux dernières années, le gouvernement du Québec n’a pas prévu d’octroyer une aide financière pour soutenir les dépenses en lien avec les mesures sanitaires découlant de la pandémie de la COVID-19. En 2020 et 2021, Saint-Hyacinthe avait pu compter sur une aide de 2,6 M$ et de 1,2 M$.

Enfin, au terme de la campagne électorale, le maire André Beauregard avait manifesté sa volonté d’instaurer un budget participatif dès son premier budget. C’est chose faite, mais de façon modeste, reconnaît-il. Un montant de 50 000 $ est réservé pour un budget participatif dont les modalités devraient être connues d’ici trois ou quatre mois.

image