28 juillet 2022
Nouveaux livres de Julie Royer et de Roxane Brouillard
Des histoires de bicyclette et d’aventure pour les jeunes
Par: Maxime Prévost Durand
Les auteures maskoutaines Julie Royer et Roxane Brouillard proposent de nouveaux livres parfaits pour les lectures d’été. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les auteures maskoutaines Julie Royer et Roxane Brouillard proposent de nouveaux livres parfaits pour les lectures d’été. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Juste à temps pour les vacances estivales, les auteures maskoutaines Julie Royer et Roxane Brouillard ont dévoilé de nouveaux livres jeunesse. Avec des histoires de bicyclette et des aventures aussi rigolotes qu’épeurantes, elles proposent des lectures qui sauront plaire tantôt aux tout-petits, tantôt aux enfants et aux préadolescents.

À elle seule, Julie Royer a publié trois livres aux éditions Boomerang au cours des dernières semaines, soit La malédiction de la guimauve poilue (collection Petit Slalom), L’Oeil du serpent de mer (collection Slalom) et La plus extraordinaire des randonnées. De son côté, Roxane Brouillard a signé son retour en librairie avec As-tu vu ma bicyclette? (éditions Les 400 coups), son troisième livre en tant qu’auteure.

Pour souligner la sortie de ces livres, LE COURRIER a rencontré les deux auteures afin qu’elles nous les présentent. Parce que même si l’été, c’est fait pour jouer dehors, « il y a toujours du temps pour lire une petite histoire dans la journée », souligne Roxane Brouillard.

La malédiction de la guimauve poilue

« C’est une histoire de peur pour les premiers lecteurs. C’est à la fois pour rigoler et pour avoir des petites frousses », souligne Julie Royer.

Les personnages de Lola et Philibert sont toujours friands des histoires de leur gardien, Gustave, mais lorsque l’adolescent leur raconte la malédiction de la guimauve poilue, les enfants sont effrayés et se demandent si cette créature molle et baveuse existe vraiment. Des bruits étranges dans la cuisine, où sont rangées les guimauves, leur font craindre que la malédiction se réalise.

Avec le manuscrit de ce livre, l’auteure avait remporté le 3e prix des Grands prix du livre de la Montérégie dans la catégorie Tout-petits en 2021. Une histoire à lire autour du feu, mais en faisant bien attention aux guimauves. « Parce qu’on ne sait pas ce qui peut arriver parfois », lance Julie Royer en riant.

L’Oeil du serpent de mer

« C’est un roman d’enquête un peu fantastique avec des pirates et des monstres marins. Ça se passe dans un château qui a été construit à partir des plans d’un pirate qui a vécu dans les années 1700. Le pirate était riche parce qu’il avait l’Oeil du serpent de mer, une pierre d’une valeur inestimable qu’il avait volée. Dans le livre, la pierre est exposée au château, mais soudainement, elle disparaît », raconte Julie Royer.

Mimosa et Frédéric, qui ont eu la chance de découvrir l’exposition en primeur, tenteront d’éclaircir le mystère entourant cette pierre volatilisée… en espérant ne pas avoir déclenché la malédiction du serpent de mer.

La plus extraordinaire des randonnées

« Ça raconte une histoire que j’ai vécue quand j’étais petite, confie Julie Royer. À ma fête, mon père m’avait offert un vieux vélo qu’il avait recyclé. J’habitais à Saint-Thomas-d’Aquin dans ce temps-là et je voulais découvrir le monde avec mon vélo. Un jour, j’avais pris mon vélo et j’avais roulé sur l’avenue Pinard, jusqu’au boulevard Choquette et j’avais finalement pédalé jusqu’à la bibliothèque T.-A.-St-Germain. J’avais découvert la bibliothèque municipale et ça a changé ma vie par la suite. »

As-tu vu ma bicyclette?

Une fillette cherche désespérément sa bicyclette lorsqu’un jeune garçon vient à sa rencontre pour lui raconter une anecdote qui vient de lui arriver. Trop obnubilée par ses recherches, la fillette ne l’écoute pas vraiment et l’interrompt constamment, même si cette rencontre impromptue pourrait peut-être l’aider à retrouver son vélo.

« Avec ce livre, j’ai voulu jouer avec le langage. Chaque phrase est coupée par un personnage qui essaie de deviner la suite du mot, mais il se trompe tout le temps. Le but était de s’amuser et de pouvoir faire des activités avec les jeunes à partir du livre », soutient Roxane Brouillard.

Peut-être y a-t-il aussi un message afin de valoriser l’écoute de l’autre? « C’est drôle parce que deux enfants peuvent avoir une conversation, mais les deux ne s’écoutent pas du tout, lance en riant l’auteure. Je ne l’ai pas fait sous forme de morale, mais plus pour rigoler du fait que les enfants peuvent parler sans s’écouter. »

Avec ce livre, Roxane Brouillard avait remporté le 2e prix des Grands prix du livre de la Montérégie dans la catégorie Tout-petits en 2020.

image