20 janvier 2022
Des incendies en rafale dans la région
Par: Martin Bourassa
L’incendie de Saint-Hyacinthe. Photo Olivier Joyal

L’incendie de Saint-Hyacinthe. Photo Olivier Joyal

L’incendie de Sainte-Hélène-de-Bagot. Photo Olivier Joyal

L’incendie de Sainte-Hélène-de-Bagot. Photo Olivier Joyal

L’incendie de Saint-Barnabé-Sud. Photo Olivier Joyal

L’incendie de Saint-Barnabé-Sud. Photo Olivier Joyal

Les pompiers des différents services d’incendie n’ont pas chômé au cours de la dernière semaine dans la région de Saint-Hyacinthe. Pas moins de trois incendies ont nécessité leur intervention rapide et fait des dommages importants.

Le plus récent est survenu à Saint- Hyacinthe dimanche matin. Vers 9 h 15, les pompiers ont été appelés à intervenir dans un immeuble de quatre logements de la rue Papineau, près de l’avenue Bourdages Nord à la suite d’une défectuosité du système de chauffage.

Six locataires ont été affectés par l’incendie qui a endommagé l’ensemble du bâtiment, provoquant des dégâts plus importants dans l’un des logements. Les sinistrés ont tous reçu les bons soins de la Croix-Rouge. L’un d’eux a dû être pris en charge de façon spécifique au terme de l’intervention, les autres ont trouvé refuge dans leur famille respective.

Une personne a été conduite au centre hospitalier par mesure préventive.

Pas moins de 25 pompiers du Service des incendies de la Ville de Saint-Hyacinthe ont été mobilisés pendant quelques heures pour cette intervention qui s’est déroulée par grands froids. Les dommages s’élèvent à plus de 100 000 $.

Froid glacial à Sainte-Hélène-de-Bagot

Dans la nuit de vendredi à samedi, c’est un feu de résidence qui a tenu les pompiers en haleine pendant plusieurs heures du côté du 3e Rang de Sainte-Hélène- de-Bagot.

C’est vers 21 h 30 que l’alerte a été sonnée, laissant présager un feu extérieur à proximité d’une maison unifamiliale. Or, les pompiers ont rapidement été à même de constater que le feu faisait rage à l’extrémité de la résidence à leur arrivée.

Fort heureusement, les deux occupants avaient déjà évacué le bâtiment par eux-mêmes lorsque les premiers pompiers de Sainte-Hélène-de-Bagot se sont présentés sur place. Ceux-ci se sont immédiatement placés en attaque défensive. « Nous en avons eu plein les bras, a commenté le chef Francis Rajotte lorsque joint par LE COURRIER. Nous avons dû composer avec un froid sibérien. Tout l’équipement gelait à tout bout de champ, les respirateurs, les oses, les valves, tout. »

Dans les circonstances et pour assurer la sécurité du personnel, on a fait appel aux collègues de cinq municipalités environnantes pour permettre une certaine rotation des équipes. Les pompiers volontaires de Saint-Nazaire, Upton, Saint-Eugène, Saint-Liboire et de la Régie du Nord des Maskoutains ont répondu à l’appel. L’aide et l’assistance technique de l’Association des pompiers auxiliaires de la Montérégie ont aussi été grandement appréciées.

« Une trentaine de pompiers ont uni leurs efforts et il n’y a eu aucune engelure ni aucun blessé », a résumé avec satisfaction M. Rajotte.

Les pompiers ont quitté le site au petit matin, mais sans grande surprise, ils ont dû y revenir deux heures plus tard pour terminer le travail. La résidence sinistrée est une perte totale et le couple qui y résidait a pu bénéficier des services offerts par la Croix-Rouge.

Quant à la cause du brasier, elle est accidentelle. Les regards se tournent actuellement vers un feu de contenu qui aurait pu prendre naissance dans un espace d’entreposage.

Une maison flambe à Saint-Barnabé-Sud

Enfin, le jeudi 13 janvier, les pompiers de la Régie intermunicipale de protection incendie du Nord des Maskoutains ont été dépêchés sur le rang du Barreau, à Saint-Barnabé-Sud, vers 8 h 20. L’appel initial faisait état de fumée apparente dans une résidence unifamiliale.

À l’arrivée de la brigade sous la direction du chef Benoit Gaudette, l’embrasement n’était pas généralisé, mais presque. Les pompiers ont effectué une rapide recherche, ne sachant pas si le domicile était inoccupé ce matin-là. Une équipe de Saint-Jude et une autre de Saint-Marcel avec une citerne ont été appelées en renfort. L’intervention s’est étirée sur quatre bonnes heures et une pelle mécanique a aussi été nécessaire.

La maison serait une perte totale. Selon le chef Gaudette, le système de chauffage pourrait être à l’origine de l’incendie qui est de nature accidentelle. On ne rapporte aucun blessé au cours de l’intervention. Les résidents, un père et sa fille, étaient absents au moment du sinistre. Une campagne de sociofinancement a été lancée par l’entremise de la plateforme GoFundMe pour leur venir en aide (Un père monoparentale et sa fille ont tout perdu). Au moment d’écrire ces lignes, une somme de 2185 $ sur un objectif de 5000 $ avait déjà été amassée.

image