21 octobre 2021
Plan de développement touristique 2021-2025
Devenir une destination vitrine de l’agroalimentaire
Par: Jean-Luc Lorry

Sur la photo, dans l’ordre habituel, Francine Morin, préfet de la MRC des Maskoutains; Bernard Forget, président de Saint-Hyacinthe Technopole; Nancy Lambert, directrice tourisme et congrès de Saint-Hyacinthe Technopole; et Claude Corbeil, maire de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

En prévision de la relance de l’industrie touristique sur le territoire de la MRC des Maskoutains, Saint-Hyacinthe Technopole, un organisme dédié au développement économique de la grande région de Saint-Hyacinthe, a mis sur pied un plan de développement touristique sur une période de cinq ans.
Publicité
Activer le son

Parmi les objectifs identifiés, on vise sur une augmentation de la notoriété de la région et la capacité d’offrir une diversité d’expériences en toutes saisons et ainsi augmenter la clientèle excursionniste et de courts séjours.

Pendant une année, l’équipe Tourisme de Saint-Hyacinthe Technopole a consulté de nombreux acteurs et partenaires de la région sur les enjeux et les opportunités de l’industrie touristique maskoutaine.

L’organisme a mis en place un Plan de développement touristique 2021-2025 qui s’articule autour de 17 orientations stratégiques liées aux fonctions d’un organisme de gestion d’une destination touristique. Ces orientations sont réparties dans quatre thèmes, soit les partenariats et la concertation, le marketing et la promotion, l’accueil et l’information ainsi que le développement et la structuration.

« Au terme de l’exécution du plan, la notoriété de la grande région de Saint-Hyacinthe aura augmenté notamment au point de vue touristique. Nous disposerons d’une industrie touristique performante, innovante et responsable agissant comme un levier économique pour le milieu maskoutain », indique Bernard Forget, président de Saint-Hyacinthe Technopole.

Selon les données compilées par Saint-Hyacinthe Technopole, le secteur touristique régional génère des retombées évaluées à 46 M$ par année.

« L’objectif était de se doter d’un outil sur un horizon de cinq ans pour être capables de développer l’industrie touristique de la région. Ces dernières années, nous avons mis beaucoup d’énergie à avoir les équipements et à relancer le tourisme d’affaires [ouverture du Centre de congrès de Saint-Hyacinthe annexé à un hôtel Sheraton en 2018]. Ce projet a été mené durant la pandémie et nous a ainsi permis d’adapter notre plan en fonction des nouveaux comportements des consommateurs », mentionne Nancy Lambert, directrice tourisme et congrès de Saint-Hyacinthe Technopole, en entrevue au COURRIER.

La grande région de Saint-Hyacinthe compte plus d’une quarantaine de producteurs transformateurs. « Nous avons la chance d’avoir accès à une multitude de produits locaux sur un territoire qui n’est pas très vaste. Les citoyens doivent connaître l’offre touristique afin qu’ils deviennent des ambassadeurs de notre région », considère avec enthousiasme Mme Lambert.

Saint-Hyacinthe Technopole avait choisi l’entreprise Miel Dubreuil, située à Saint-Dominique, pour présenter sa nouvelle stratégie en tourisme. Miel Dubreuil est l’un des fleurons de l’agrotourisme en se spécialisant dans l’apiculture depuis 1930.

« Il est clair pour nous que le secteur touristique est un élément majeur du développement économique régional. Il faut compenser les pertes du tourisme d’affaires. Pour cela, nous devons valoriser notre ADN agroalimentaire, structurer notre offre régionale en tourisme d’agrément et améliorer la promotion », estime Claude Corbeil, maire de Saint-Hyacinthe.

« Notre région doit pouvoir se démarquer en matière d’attraction touristique. Nous voulons développer une offre touristique originale et variée », complète Francine Morin, préfet de la MRC des Maskoutains.

Le Plan de développement touristique 2021-2025 de Saint-Hyacinthe Technopole peut être consulté en ligne dans la section Documentation du site Internet de l’organisme.

image