11 novembre 2021
Football collégial
Élimination crève-cœur des Lauréats
Par: Maxime Prévost Durand

La lutte a été chaude jusqu’à la toute fin entre les Lauréats et les Lynx, samedi, en quart de finale de la division 2, mais le club maskoutain s’est finalement incliné après avoir raté un converti de deux points qui lui aurait procuré la victoire. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Dans un match de haut calibre, serré au possible, les Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe ont vu leur parcours en séries éliminatoires s’arrêter dès les quarts de finale, samedi, devant leurs partisans, à la suite d’une défaite crève-cœur de 35 à 34 face aux Lynx du Cégep Édouard-Montpetit de Longueuil.
Publicité
Activer le son

En retard par sept points à la pause des trois minutes du 4e quart, le club maskoutain a créé un peu de magie sur sa dernière séquence à l’attaque et a réussi à marquer un touché avec seulement 27 secondes à faire au match. Plutôt que de se contenter d’égaler la marque avec une transformation d’un point, les Lauréats ont joué d’audace en tentant un converti de deux points… qu’ils ont raté par quelques centimètres.

Ne trouvant pas d’option de passe, le quart-arrière Vincent Boyer a couru en largeur pour pénétrer la zone des buts, mais a tout juste été freiné avant de la franchir. Le ballon était tellement proche de la ligne des buts que tout le monde au banc des Lauréats avait déjà commencé à célébrer, croyant avoir réussi un coup d’éclat, mais les arbitres ont finalement signalé que le converti était raté. L’euphorie s’est transportée du côté des Lynx, qui confirmaient du même coup leur victoire.

Rarement a-t-on vu l’entraîneur-chef Sébastien Deschamps être aussi émotif qu’après cette défaite. Essuyant des larmes, il s’est assis, seul, au banc des joueurs après avoir livré un discours à sa troupe.

« Je suis mauvais perdant, a-t-il soutenu en entrevue au COURRIER, lundi, pour expliquer cet élan d’émotion. C’est peut-être une chose qui fait que je suis un bon coach. J’essaie d’inculquer aux joueurs d’être compétitifs et de toujours vouloir gagner et c’est une des raisons pourquoi on a connu du succès cette saison. »

Questionné à savoir pourquoi il a décidé de jouer aussi gros en optant pour le converti de deux points, Deschamps a répondu sans hésiter : « Parce qu’on joue pour gagner. Je ne regrette pas. Je pense que c’était la bonne décision à prendre. C’était un risque calculé, mais ça n’a pas tourné en notre faveur. Quand on est dans une situation où on doit prendre une décision comme ça, on doit suivre son instinct. Je suis encore confortable avec cette décision. »

S’échanger l’avance

Favoris en vertu de leur 1re place dans la section Nord-Est, les Lauréats savaient qu’ils allaient avoir un adversaire coriace chez les Lynx, même si ceux-ci ont terminé 4e dans la section Sud-Ouest. On a pu constater cette parité alors que les deux équipes se sont échangé l’avance tout au long de la rencontre.

Après avoir tiré de l’arrière 14 à 7 au début du 2e quart, Saint-Hyacinthe a terminé la première demie en force avec deux touchés consécutifs pour retourner au vestiaire avec une avance de 21 à 14.

Les Lynx ont nivelé la marque tôt au 3e quart, mais le porteur de ballon Xavier Roy a redonné les devants aux Maskoutains dès la séquence suivante en traversant tout le terrain sur une course de 95 verges pour le touché. Édouard- Montpetit a toutefois répliqué avec un touché et un placement avant la fin du 3e quart. Saint-Hyacinthe a ensuite concédé deux touchés de sûreté, ce qui portait le pointage 35 à 28. Malgré des efforts vaillants en fin de match, les Lauréats n’ont pas pu compléter leur remontée victorieuse.

Le quart-arrière Vincent Boyer, dont c’était la dernière saison avec les Lauréats, a connu un match ponctué de hauts et de bas. Il a réalisé des passes brillantes de 30 et 40 verges sur le premier et le second touché des siens, mais a aussi été intercepté à trois reprises. Deux de ces revirements ont mené à des touchés des Lynx. Le vétéran a néanmoins terminé la rencontre avec 153 verges par la passe et trois passes de touché.

De son côté, le botteur Ilyas Benaddi a raté son unique – et longue – tentative de placement sur une distance de 45 verges à la fin du 3e quart.

« On a surpris beaucoup de monde »

Même si cette défaite marquait la fin de leur saison, les Lauréats peuvent garder la tête haute à la suite de cette première campagne en division 2.

« Ça a été un match en dents de scie et on aurait pu mieux jouer, mais il faut mettre ça en perspective sur la saison au complet et ne pas mettre le focus juste sur un match. Je pense qu’on a surpris beaucoup de monde et, là-dessus, on peut être fiers », estime Sébastien Deschamps.

L’entraîneur voit d’ailleurs un avenir prometteur pour son équipe puisque la majorité des joueurs reviendront avec la formation l’an prochain. Les succès des Lauréats à leur première saison en division 2 devraient également être bénéfiques sur le recrutement à venir au cours des prochaines semaines, projette-t-il.

image