31 mars 2022
Frappe antidrogue à Saint-Hyacinthe
Encore aucune arrestation
Par: Le Courrier
La frappe policière menée contre le crime organisée le 24 mars a visé plusieurs commerces et résidences de la région maskoutaine, dont le Lave-auto 213, dans le secteur Saint-Thomas-d’Aquin. Photo Patrick Sanfaçon | gracieuseté La Presse ©

La frappe policière menée contre le crime organisée le 24 mars a visé plusieurs commerces et résidences de la région maskoutaine, dont le Lave-auto 213, dans le secteur Saint-Thomas-d’Aquin. Photo Patrick Sanfaçon | gracieuseté La Presse ©

Le membre en règle des Hells Angels Sylvain Tétreault. Photothèque | Le Courrier ©

Le membre en règle des Hells Angels Sylvain Tétreault. Photothèque | Le Courrier ©

Le bras droit de Sylvain Tetreault, Louis Parenteau. Photo tirée de Facebook

Le bras droit de Sylvain Tetreault, Louis Parenteau. Photo tirée de Facebook

Une semaine après que l’Escouade régionale mixte de la Montérégie a saisi une grande quantité de drogues, d’armes et d’argent comptant lors d’une importante opération policière contre le trafic de stupéfiants à Saint-Hyacinthe, aucune arrestation n’avait encore été annoncée en lien avec cette série de perquisitions effectuées aux quatre coins de la ville.

Celles-ci ont toutefois été fructueuses, si l’on se fie au bilan dressé au lendemain du déploiement policier. Elles ont entre autres permis de saisir plus de 115 000 $ en devises canadiennes, près d’un kilogramme de cocaïne, 55 grammes de crack, 14 kilogrammes de cannabis, 16 grammes de haschisch, plus de 1000 comprimés de méthamphétamines et 20 armes à feu non enregistrées, selon les informations transmises par l’Escouade.

Cette frappe d’envergure s’était mise en branle au petit matin, jeudi dernier, dans les rues de Saint-Hyacinthe. La résidence privée ainsi que deux établissements commerciaux associés à un membre en règle du chapitre South des Hells Angels, le Maskoutain Sylvain Tétreault, auraient été les cibles principales des corps policiers, selon ce qui a été rapporté par plusieurs médias au cours des derniers jours.

Au total, 26 perquisitions ont été effectuées dans différentes résidences et véhicules sur le territoire maskoutain. Parmi celles-ci, les policiers se sont intéressés au Lave-auto 213, sur le boulevard Laframboise, l’un des deux commerces reliés à Tétreault. Cette station de lavage appartient à une compagnie à numéro présidée par la conjointe de Sylvain Tétreault, selon le registraire des entreprises. Les policiers ont aussi visité le domicile du couple, sur la rue des Blés dans le secteur Saint-Thomas-d’Aquin, ainsi que des immeubles commerciaux situés sur la rue des Cascades, au centre-ville.

Surnommé Sylvano, Tétreault avait été arrêté en juillet 2014 par les policiers de l’Escouade régionale mixte à Bois-des-Filion, au nord de Montréal, après une cavale de cinq ans, lui qui était activement recherché par la police dans le cadre de la rafle antimotards SharQc.

Des soupçons étaient portés sur lui à l’époque, notamment pour complot pour meurtre. Ce dernier avait plaidé coupable en mars 2015, mais n’avait purgé qu’un seul jour de détention considérant le temps passé en détention provisoire. En 2000, Tétreault avait été condamné à cinq ans d’emprisonnement pour une affaire de complot, ont rappelé les médias.

Son bras droit

En plus de Tétreault, les policiers avaient aussi dans leur mire le Maskoutain Louis Parenteau, surnommé Ti-Oui.

Des informations rapportées par le Journal de Montréal le présentent comme le présumé bras droit de Tétreault, ce qui n’a pu être confirmé par LE COURRIER auprès des sources policières officielles.

Nous avons tout de même pu établir que la résidence de Parenteau, située dans le Havre des Dominicains à Douville, a aussi fait l’objet d’une attention particulière dans le cadre de cette opération policière. Jusqu’ici, le nom de Parenteau était moins connu que celui de Tétreault dans le milieu maskoutain.

Selon nos informations, la dernière apparition grand public de Parenteau remonterait au 8 mars alors qu’il participait à la soirée-bénéfice de la Fondation de la maison d’hébergement pour femmes violentées La Clé sur la porte à La Cage brasserie sportive de Saint- Hyacinthe, tenue dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes.

Précisons que ces différentes perquisitions ne sont qu’une étape parmi d’autres dans l’enquête policière en cours. Les policiers sont encore à l’étape d’analyse des preuves dans le dossier.

Une fois l’enquête terminée, le dossier sera transmis au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) à qui il reviendra de déterminer si des accusations seront portées à la suite de cette opération policière de grande envergure en sol maskoutain.

Près de 150 policiers des postes du CSMRC de Saint-Hyacinthe, du centre opérationnel de Boucherville, du groupe tactique d’intervention de la Sûreté du Québec, de la Gendarmerie royale du Canada et des services de police de l’agglomération de Longueuil et de la ville de Mercier avaient été dépêchés dans la région dans le cadre de cette frappe policière contre le trafic de stupéfiants.

image