7 avril 2022
Entre 40 et 70 millions de litres d’eaux usées seront déversés dans la rivière Yamaska
Par: Sarah-Eve Charland
En raison des travaux de mise à niveau, la station de pompage Pratte devra être arrêtée pendant 48 heures cet automne. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

En raison des travaux de mise à niveau, la station de pompage Pratte devra être arrêtée pendant 48 heures cet automne. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La Ville de Saint-Hyacinthe devra arrêter les activités de la plus importante station de pompage de son territoire cet automne pendant 48 heures, obligeant ainsi le déversement d’eaux usées, dont le volume variera entre 40 et 70 millions de litres, dans la rivière Yamaska.

Dans le cadre du Plan de gestion des débordements, la Ville effectue la mise à niveau et l’agrandissement de la station de pompage Pratte. Cette dernière est la plus importante station de pompage de la Ville puisqu’elle traite 70 % des eaux usées sur son territoire.

Le maire de Saint-Hyacinthe, André Beauregard, affirme que la Ville est consciente des impacts. Différentes mesures seront déployées, ajoute-t-il, pour les minimiser. Ces mesures seront mises en place en collaboration avec l’OBV Yamaska et le ministère de l’Environnement. Le déversement devrait se réaliser en octobre. La date sera à préciser.

« Le niveau de la rivière sera moins bas [en octobre]. On espère qu’il sera au plus haut. Ça devrait causer moins de problèmes. On n’a pas le choix [de faire ce déversement] pour finaliser les travaux à la station de pompage », affirme M. Beauregard.

Dans le meilleur des cas, cela représentera la quantité d’eau de 16 piscines olympiques. À titre comparatif, le volume d’eaux usées qui avait été déversé dans la rivière Yamaska en juin 2016 atteignait 8,5 millions de litres. La Ville assure toutefois qu’elle ne fera pas les mêmes erreurs.

À l’époque, la Ville avait planifié le déversement, mais ne s’était pas préoccupée du débit de la rivière. Des milliers de poissons avaient péri en raison de cette opération.

Le ministère de l’Environnement a d’ailleurs réprimandé la Ville en lui remettant deux constats d’infraction en 2021, dont les amendes atteignent près de 360 000 $ avec les frais. La Ville conteste toutefois ces amendes.

Planification serrée

Le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau, ajoute que le déversement qui se déroulera cet automne a été finement planifié. « Il y a une planification serrée des travaux. On devrait pouvoir réaliser les travaux sans autre déversement. La station de pompage Pratte est la plus importante. C’est un projet costaud. D’où le fait qu’il y a eu tout un exercice de planification pour qu’il n’y ait pas d’autre déversement que celui prévu pendant 48 heures », mentionne-t-il.

Les travaux représentent un investissement de 7,6 M$. Ils comprennent également la mise en place d’un système de traitement des odeurs au charbon, un atelier, une nouvelle salle électrique, l’ajout d’une nouvelle pompe d’égout, le remplacement de plusieurs composantes mécaniques et électriques ainsi que la réfection du toit et du revêtement extérieur. Les travaux devraient se terminer en février 2023.

La Ville compte aussi déployer plusieurs outils de communication afin d’inciter la population à réduire leur consommation d’eau durant cette période. « [Le volume d’eau] dépendra évidemment de la collaboration de la population. Si notre communauté se mobilise et réduit significativement sa consommation d’eau pendant cette période, l’impact sera différent. Nous allons donc être très proactifs pour sensibiliser la population en ce sens », conclut la porte-parole de la Ville de Saint-Hyacinthe, Brigitte Massé.

image