18 novembre 2021
Épuisement dans le milieu communautaire
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Malgré un sous- financement qui perdure depuis de nombreuses années, les travailleuses et les travailleurs des organismes communautaires ont répondu présents pendant la pandémie pour continuer d’offrir des services essentiels à la population. Pour plusieurs, ils ont même développé de nouveaux services ou de nouvelles façons de faire pour répondre aux besoins des populations vulnérables touchées durement par la situation de la pandémie de la COVID-19.

À l’initiative de la Table de concertation en santé mentale de la Rive-Sud et de la Table régionale des organismes communautaires et bénévoles de la Montérégie, plusieurs regroupements d’organismes communautaires de la région unissent leur voix pour dénoncer l’inaction du gouvernement en ce qui concerne le sous-financement des organismes communautaires, sous-financement qui contribue à l’essoufflement et à l’épuisement des travailleuses et des travailleurs du milieu communautaire.

Bien avant la pandémie et depuis de nombreuses années, bon nombre d’organismes se retrouvent en situation de précarité financière, cette précarité étant attribuable à un sous-financement chronique des organismes communautaires. Avec la pandémie, la situation est devenue plus critique pour plusieurs. Des dépenses imprévues ont été nécessaires (ex. : matériel sanitaire, achat de matériel technologique, ressources humaines) et les besoins de la communauté ont augmenté.

Majoritairement, le milieu a été incapable d’augmenter ses effectifs en ressources humaines et a fait face à des difficultés de recrutement de personnel, faute de financement pour offrir des conditions de travail compétitives. Considérant l’urgence de la situation, plusieurs travailleuses et travailleurs ont cumulé de nombreuses heures supplémentaires pour maintenir les services à la population.

À cette situation s’est ajoutée l’incertitude constante au niveau des mesures sanitaires, l’incroyable devoir de se réinventer sans délai raisonnable, les courts délais pour déposer des projets à court terme et l’écrasante reddition de comptes de ce financement par projet. La détresse psychologique des travailleuses et des travailleurs du communautaire n’a pas été épargnée. L’anxiété y est chronique, notre capacité d’adaptation est au maximum, plusieurs sont à risque d’épuisement et d’autres sont en arrêt de travail.

Nous souhaitons que notre travail soit reconnu à sa juste valeur. Pour ce faire, nous demandons que le gouvernement du Québec pose des gestes concrets démontrant la compréhension de notre réalité et l’importance de notre travail afin de pouvoir continuer de mener notre mission auprès de la population sans y laisser notre santé mentale. Les organismes communautaires doivent obtenir un financement leur permettant d’embaucher les ressources humaines nécessaires et d’offrir des conditions de travail cohérentes avec l’ampleur des responsabilités de la tâche accomplie. Nous attendons rapidement des mesures concrètes du gouvernement Legault pour améliorer la situation, car l’épuisement nous guette toujours.

Table de concertation en santé mentale de la Rive-Sud

Table régionale des organismes communautaires et bénévoles de la Montérégie

Regroupement des organismes communautaires en santé mentale de la Montérégie

Table Itinérance Rive-Sud

Regroupement des organismes montérégiens d’aidants naturels

Groupement des associations de personnes handicapées de la Rive-Sud de Montréal

image