9 décembre 2021
Pôle culturel
Expression prépare le terrain au futur Musée d’art et de société
Par: Maxime Prévost Durand
Marcel Blouin, directeur général d’Expression, centre d’exposition de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Marcel Blouin, directeur général d’Expression, centre d’exposition de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Bien que le projet de Musée d’art et de société semble encore loin d’être réalisé, Expression, centre d’exposition de Saint-Hyacinthe commence déjà à préparer le terrain en vue de ce nouveau mandat qui l’attend au cœur du pôle culturel prévu par la Ville de Saint-Hyacinthe.

Une politique d’acquisition et d’aliénation a été mise en place au cours des derniers mois afin qu’Expression recommence tranquillement à collectionner des œuvres contemporaines, un aspect que le centre d’exposition avait mis en veilleuse depuis plusieurs années.

« C’est un pas important qui vient d’être franchi » dans le cadre du projet de Musée d’art et de société, a souligné Marcel Blouin, directeur général d’Expression, lors d’un point de presse tenu cet automne.

En plus de garnir sa collection d’œuvres contemporaines, des « objets régionaux » sont aussi acquis pour répondre au mandat « société » du musée à venir. À titre d’exemple, M. Blouin indique que près de 1500 outils agricoles, légués ou donnés, ont été acquis à partir de la Collection St-Amour.

À ce jour, environ 165 œuvres d’art contemporaines font partie de la collection d’Expression. Certaines se trouvent au Cégep de Saint-Hyacinthe, alors que d’autres sont entreposées.

« Il y avait déjà une sorte de collection qui avait débuté avant mon arrivée à Expression en 2001 », a fait savoir M. Blouin. Les acquisitions avaient toutefois été suspendues, principalement pour des raisons d’espace.

Dans le cadre du pôle culturel, prévu à l’angle de l’avenue Bourdages Nord et de la rue Dessaulles, le Musée d’art et de société doit prendre place à l’intérieur de l’église Notre-Dame-du-Rosaire d’ici quelques années. Dans ce même quadrilatère, la nouvelle bibliothèque, dont les travaux progressent rondement, sera le premier projet à se concrétiser.

Le Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe doit également être relocalisé vers le monastère des Adoratrices du Précieux-Sang.

Un nouvel espace lecture

En plus de regarder vers le futur, Expression bonifie le présent comme en témoigne le nouvel espace de lecture aménagé récemment à l’entrée de sa salle d’exposition actuelle, située au haut du 1555, Marché public.

Dans cette zone, deux fauteuils ont été installés pour permettre aux visiteurs de consulter les différentes publications faites par Expression au sujet d’expositions qui ont été présentées en ses murs. Bien que ces documents étaient déjà disponibles pour consultation, « les gens peuvent maintenant prendre le temps de s’asseoir » pour les feuilleter plutôt que de le faire en étant debout, a mentionné Marcel Blouin, en ajoutant que cet espace était « réclamé des visiteurs ».

Expression a profité de l’occasion pour dévoiler de nouvelles publications. L’une est intitulée Room(s) to move : je, tu, elle et concerne le travail de l’artiste Sophie Jodoin, puis l’autre est titrée Devenir la photographie et retrace le corpus de l’artiste Chuck Samuels.

Quelques nouveautés en matière d’animation ont aussi été annoncées. Le mercredi, à 19 h, des séances de yoga d’une heure sont maintenant proposées à l’intérieur même de la salle d’exposition d’Expression. Des visites guidées sont également possibles sans réservation et gratuitement les jeudis et samedis à 13 h 30. Le Quid Art contemporain, un concept de visite interactive accompagné d’un thé à l’anglaise, est aussi de retour certains vendredis après-midi, puis un Quid Nouveau genre sera mis en place dans une formule 5 à 7 certains jeudis avec une visite interactive suivie d’un goûter de produits régionaux, de bière et de charcuteries. Expression continue par ailleurs de mettre à la disposition du public ses trousses d’activités, offertes tant pour la famille que pour les adultes, qui suivent différentes thématiques dans l’année.

Le traditionnel concours Place à la création subit quant à lui une cure de jouvence et sera de retour sous une nouvelle identité en étant renommé Volonté d’expression. Pour participer au concours, les participants seront invités à soumettre une œuvre, qu’elle soit numérique, littéraire, sculpturale, musicale ou relevant même de la danse, en s’inspirant de l’exposition présentée par Expression à l’hiver. Plutôt que d’être réservé aux résidents de la MRC des Maskoutains, le concours sera dorénavant ouvert à l’ensemble du Québec pour son volet grand public.

Jusqu’au 23 décembre, Expression présente l’exposition Voyager du regard, revisiter le paysage de l’artiste Ivan Binet. À compter du 29 janvier, ce sera au tour de Stanley Février d’installer ses œuvres au centre d’exposition maskoutain avec Être humain, est-ce un mal(e) absolu? qui sera à l’affiche jusqu’au 24 avril.

image