17 février 2022
En pleine crise du logement
Faciliter la recherche d’un chez-soi
Par: Sarah-Eve Charland
Le coordonnateur par intérim de Logemen’mêle, Daniel Rondeau, la chargée de projet de S.A. Reloge, Julie Lanthier, et le conseiller en défense des droits en matière de logement, Pier- Alexandre Nadeau. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le coordonnateur par intérim de Logemen’mêle, Daniel Rondeau, la chargée de projet de S.A. Reloge, Julie Lanthier, et le conseiller en défense des droits en matière de logement, Pier- Alexandre Nadeau. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les locataires de Saint-Hyacinthe et les environs ont davantage d’outils afin de naviguer dans cette crise du logement. Le comité Logemen’mêle élargit ses services pour aider les locataires à la recherche d’un appartement.

« On avait beaucoup de demandes. On avait déjà mis en place des stratégies pour guider les gens et leur donner des outils. C’est à la suite de ça qu’on a vu qu’il y avait un besoin criant. On savait que ça se faisait sur d’autres territoires. Et vu qu’on touchait déjà la réalité du logement, c’est une branche qui peut facilement se rattacher à nous », raconte la chargée de projet Service d’aide à la recherche de logement (S.A. Reloge), Julie Lanthier.

Le comité Logemen’mêle continue d’offrir les services de défense de droit en logement. Au cours des deux dernières années, l’organisme a observé une demande accrue concernant la recherche de logement. Selon le comité, il manquerait près de 1000 logements sur le territoire de la MRC des Maskoutains pour répondre à l’ensemble des besoins. S.A. Reloge ne peut donc garantir que le chercheur se trouvera un logement.

Ce nouveau service vient combler un manque dans la région, assure Mme Lanthier. « On a eu de multiples demandes au cours des deux dernières années. Il ne faut pas oublier que c’est un contexte de crise de logements dans une crise pandémique. Il y a beaucoup de détresse. Les gens n’étaient pas laissés à eux-mêmes, mais on n’avait pas de référence. Pour la recherche de logement, il n’y avait rien », poursuit-elle.

En s’inspirant de services qui sont offerts notamment à Drummondville et à Québec, S.A. Reloge offre un service individualisé qui offre une structure d’organisation et de préparation à la recherche de logement. L’organisme propose des outils informatiques tout en mettant en lien les locataires avec les différentes ressources sur le territoire. Des ateliers et des cafés-rencontres sont organisés sur différents sujets. Les nouveaux services sont aussi offerts aux propriétaires.

Le comité est également en train de développer une expertise pour les aînés afin de les aider à se retrouver dans l’offre grandissante de résidences pour personnes retraitées. Les Offices municipaux d’habitation (OMH) de Drummondville et de Québec avaient d’ailleurs observé que les personnes retraitées étaient l’une des clientèles qui utilisaient le plus leurs services offerts à la recherche de logement tout comme les familles nombreuses et les mères monoparentales. S.A. Reloge permettra aussi à Logemen’mêle de dresser un portrait de la région grâce à la collecte de données.

Le projet a été financé par l’Alliance pour la solidarité de la Montérégie pilotée par la Table de concertation régionale de la Montérégie. L’enveloppe budgétaire pour la région s’élevait à 1,9 M$. Les projets choisis ont pour objectif d’aider la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

Les personnes qui souhaitent plus d‘informations peuvent appeler au 514 627-7275 ou écrire à s.a.reloge@ gmail.com.

image