3 Décembre 2020
Familles maskoutaines (32) – Les Leclerc
Par: Le Courrier

Le policier Prosper Leclerc en 1929. Photo Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH085, Studio B.J. Hébert

Au 28e rang des 1000 premiers noms de famille au Québec, les Leclerc occupent le 32e rang des familles maskoutaines.

Publicité
Activer le son

Le 5 octobre 2003, « Le Programme de recherche en démographie historique » énumère 30 épellations différentes de ce nom, recensées dans les actes avant 1800. De son côté, Louis-Guy Lemieux, journaliste au journal Le Soleil, disait en 2006 : « Les Leclerc, des maux de tête pour les généalogistes ». Il affirmait alors que 21 ancêtres Leclerc différents, ayant laissé une descendance toujours vivante de nos jours, étaient venus de France au 17e et au 18e siècle.

Pierre Leclerc

Lorsqu’il vient s’établir dans sa seigneurie en 1757, Hyacinthe Delorme est accompagné de six défricheurs, dont Pierre Leclerc, âgé d’environ 37 ans. Le 26 janvier 1761, celui-ci épouse dans la paroisse Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud Marie-Anne Lavoie, fille d’Antoine Lavoie et de Marie-Françoise Pelletier, née à Kamouraska.

Le 6 décembre 1763, Pierre devient officiellement propriétaire de la terre que lui a concédée le seigneur Delorme au Rapide-Plat, tel qu’en fait foi l’acte rédigé par Maître Louis-Simon Frichet, notaire. Le couple Leclerc-Lavoie a eu six enfants en neuf ans. Devenu veuf en 1770, Pierre épouse en secondes noces, le 22 juillet 1771 à Yamaska, Catherine Badayac dite Laplante. Elle décède l’année suivante et Pierre épouse en troisièmes noces, le 17 août 1772 à Yamaska, Hélène Letendre dite Desmarais.

L’ancêtre Pierre Leclerc s’est éteint le 22 novembre 1814, à l’âge respectable de 94 ans. Il est inhumé dans le cimetière paroissial, situé à cette époque derrière l’église Notre-Dame-du-Rosaire. Sa dernière épouse est décédée le 23 mars 1829, elle repose au même endroit que son mari.

Prosper Leclerc

Né le 17 décembre 1904, il est le fils de Théodore Leclerc et d’Adénaïde Lafrance. Le 27 octobre 1925, il épouse en l’église Notre-Dame-du-Rosaire de Saint-Hyacinthe Marie-Ange Bergeron, fille de Napoléon Bergeron et d’Olivine Laroche. Ils ont donné naissance à quatre enfants, entre 1926 et 1931.

Le 1er juin 1929, Prosper est embauché par la Ville de Saint-Hyacinthe comme agent de police, pour remplacer Antoine St-Roch, qui a démissionné après avoir accepté une fonction importante qui lui a été offerte par la Compagnie de parapluies Richelieu. Le policier Leclerc restera en poste jusqu’en juin 1942 alors qu’à son tour, il donne sa démission pour devenir policier des Chemins de fer nationaux à Montréal.

Il est décédé à l’Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe le 3 juillet 1984 à l’âge de 79 ans et a été inhumé le 6 juillet au cimetière Notre-Dame-du-Rosaire avec son père, sa mère et ses frères Rolland, Gérard et Maurice. Son épouse l’y a rejoint en 2001.

Bénoni-Joseph Leclair

Fils de Bénoni Leclair et de Marie Adams, il est né à Montréal le 27 août 1817 et a été baptisé le même jour en l’église Notre-Dame. Aîné des sept enfants nés entre 1817 et 1832, il a fait ses études au Séminaire de Montréal où il a été ordonné prêtre le 17 décembre 1842. Il a été vicaire à Ottawa, 1842-1843, à Terrebonne, 1843-1845, à Marieville pour la desserte de Sainte-Brigide-d’Iberville et les missions des Cantons-de-l’Est, 1845, vicaire à Henryville pour la desserte des missions de Stanbridge et de Dunham, 1845-1846, curé de Stanbridge, 1846-1877, avec desserte de Bedford, 1866-1869, chanoine titulaire de la cathédrale de Saint-Hyacinthe, 1877-1893.

Il s’est retiré à l’évêché de Saint-Hyacinthe (1877-1893) et il est décédé à l’Hôtel-Dieu, le 21 avril 1893, à l’âge de 76 ans. Il a été inhumé trois jours plus tard dans la crypte de la cathédrale.

À suivre : Les St-Pierre

Daniel Girouard, membre du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe

image