31 Décembre 2020
Histoire d’ici
Familles maskoutaines (34) – Les Plante
Par: Le Courrier

Paul Plante, en 1963. Photo Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH085, Studio B.J. Hébert

Cette famille qui occupe le 34e rang des familles maskoutaines se retrouve en 69e position des 1000 premiers noms de famille au Québec.

Publicité
Activer le son

Le 10 novembre 1781, Joseph Plante reçoit en concession une terre située en la seigneurie de Saint-Hyacinthe, par François Noiseux, curé de Belœil, fondé de pouvoir spécial de Dame Delorme, veuve de feu Hyacinthe Delorme décédé en 1778.

Dans le registre de la paroisse Notre-Dame-du-Rosaire, on trouve, en date du 3 août 1788, la sépulture du petit Joseph Plante, fils de Louis Plante et de Marie-Madeleine Bouvier, décédé la veille, âgé de 3 semaines. De ce couple originaire de Saint-Denis-sur-Richelieu, on dénombre six enfants baptisés à Saint-Denis et trois à Saint-Hyacinthe. Louis est décédé à Saint-Hyacinthe en 1819, à l’âge de 49 ans. Marie-Madeleine est décédée à Marieville en 1831, à l’âge de 71 ans.

Louis-Anthime Plante

Il est né à Saint-Hyacinthe le 31 décembre 1862 et est l’aîné des neuf enfants de Joseph Plante, journalier, et de Julie Poirier. En 1877, au baptême de sa sœur cadette Albina, son père est dit commerçant. Louis-Anthime suivra les traces de son père puisqu’il est lui aussi dit commerçant à son mariage à Adélia Lemieux, le 16 septembre 1884, à Sainte-Rosalie. C’est au baptême de son fils Arthur en 1892 qu’on précise qu’il est marchand de bois.

L’annuaire Lovell pour l’année 1906-1907 situe son commerce au 32 de la rue Concorde à Saint-Hyacinthe, où était situé il y a quelques années Concorde Automobile. En 1911, un acte notarié daté du 10 janvier nous permet de constater que le fils de Louis-Anthime, Arthur, s’est joint à l’entreprise familiale, car on y mentionne « L.-A. Plante & Fils ». Louis-Anthime est décédé à Saint-Hyacinthe le 27 février 1952, à l’âge de 89 ans.

Paul Plante

Né le 4 janvier 1923 à Notre-Dame-du-Bon-Conseil, il est le quatrième des cinq enfants nés du mariage de Wilfrid Plante et d’Albina Bernaquez. Il fait ses études à l’Académie Girouard, à Saint-Hyacinthe, puis travaille à Montréal comme apprenti menuisier. Il revient ensuite à Saint-Hyacinthe et travaille pour Guilmaine & Frères, contracteurs généraux.

En 1949, il construit son duplex sur la rue Brouillette pour y habiter avec ses parents. En 1950, il épouse Renée Gaumont à l’église Notre-Dame-du-Rosaire. Cinq garçons naissent de cette union. Il se lance en affaires avec l’aide de son épouse. En 1963 il obtient sa charte et il développe plusieurs projets, dans et autour de Saint-Hyacinthe.

Le nom « Construction Paul Plante & Fils Inc » devient synonyme de qualité. Il a été échevin à Saint-Joseph de 1962 à 1966. Grand bénévole à l’Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe durant plusieurs années, il est décédé le 24 janvier 1988, à l’âge de 85 ans.

Les Plante et la politique

La région maskoutaine en est une où les Plante semblent avoir un point en commun, soit l’attrait pour la politique municipale. Si Saint-Joseph a eu monsieur Paul Plante comme échevin de 1962 à 1966, de son côté, Saint-Simon a eu monsieur Michel Plante, époux de Francine Dauphinais, qui a été conseiller de cette municipalité de 1985 à 1995 et maire de 1995 à 2001.

Saint-Liboire a eu pour sa part monsieur Louis Plante, époux de Florence De Grandpré, qui a été conseiller municipal pendant plusieurs années. Sans oublier Sainte-Rosalie, qui a eu pour maire monsieur Léon Plante, de 1988 à 2001, jusqu’au moment de la fusion avec Saint-Hyacinthe, où il est alors devenu conseiller municipal de ce nouveau quartier jusqu’en novembre 2009.

À suivre : Les Robert

Daniel Girouard, membre du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe

image