24 février 2022
Familles maskoutaines (54) – Les Gervais
Par: Le Courrier
Le petit train à Gervais en 1913. Photo Collection Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH478

Le petit train à Gervais en 1913. Photo Collection Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH478

En 54e position des familles maskoutaines, les Gervais se retrouvent au 146e rang des 1000 premiers noms de famille au Québec

Selon l’historien René Jetté, le premier à prendre femme en Nouvelle-France est René Gervais, originaire du Poitou en France. Il épouse Marie Jousselot à Québec en 1669. Ils vont donner naissance à six enfants. René Gervais est décédé en 1694 à l’Hôtel-Dieu de Québec, à l’âge de 43 ans.

Au registre de la paroisse Notre-Dame-du-Rosaire de Saint-Hyacinthe, en date du 7 mai 1783, est inscrit le baptême de Pierre Gervais, né la veille, fils de Pierre Gervais, cultivateur, et de Marguerite Sicard, couple marié en 1776 à Contrecœur.

Alphonse Gervais

Né à Saint-Hyacinthe en 1868, Alphonse est le fils de François Gervais, commerçant, et de Julienne Jubinville. De son mariage avec Delphine St-Pierre, célébré à la cathédrale de Saint-Hyacinthe en 1888, dix enfants vont naître. En 1895, Alphonse est cocher, puis cinq ans plus tard, il ouvre une pâtisserie au 239, rue Cascades. Il la vend l’année suivante et est nommé gardien des édifices publics et du bureau de poste et sera aussi gérant du Rond Laframboise.

Alphonse achète en 1909 la Salle de l’Opéra, rue Cascades, qu’il rebaptise Le Théâtre Bijou. L’entrée de cette salle est située sur la rue Piété, aujourd’hui Duclos. À cette époque des films muets, M. Gervais commente les vues animées en pointant une baguette sur l’écran. Plus tard, il ouvre une autre salle, le Théâtre des Nouveautés, rue Saint-François.

Au Parc Laframboise, il organise un terrain d’amusements avec carrousel et chevaux de bois. On s’y rend à bord du « petit train à Gervais » qui part des environs de la gare pour se rendre jusqu’au « Mille ». On lui connaît des démêlés avec la justice : poursuites contre Joseph de La Broquerie Taché, propriétaire du Courrier de Saint-Hyacinthe, et contre Henri Bourassa, arrêté pour violence, condamnation pour non-paiement de sa licence de théâtre et vente d’influence en tant qu’échevin. Ses deux théâtres ferment en 1914 à quelques mois d’intervalle et il décède à Montréal quatre ans plus tard.

Noé Gervais

Noé Gervais, instituteur, épouse Malvina Dupuis le 12 juin 1862 à L’Acadie. Ce couple va donner naissance à dix enfants. La famille s’installe à Saint-Charles-sur-Richelieu vers 1867. Malvina Dupuis y décède en 1882, alors âgée d’à peine 38 ans. Dans cette famille comptant cinq filles et cinq garçons, trois d’entre eux vont devenir prêtres : Stanislas né en 1872, Albert né en 1874 et Elphège né en 1877. Lors du décès de ce dernier en 1938, Stanislas est chanoine à Sherbrooke et Albert est abbé dans la même ville. Noé Gervais s’était remarié en 1884 à Pauline Jarret. Il décède en 1921, à l’âge de 84 ans, et est inhumé à Saint-Charles- sur-Richelieu.

Elphège Gervais

Fils de Noé Gervais, instituteur, et de Malvina Dupuis, Elphège Gervais est né en 1877 à Saint-Charles-sur-Richelieu. Après ses études classiques et théologiques au Séminaire de Saint-Hyacinthe, c’est dans la chapelle de cette institution qu’il est ordonné prêtre, le 23 septembre 1900, par Mgr Hermann Brunault, évêque de Nicolet.

Il passe toute sa vie au Séminaire où il est régent des élèves, professeur de français, d’éléments latins, de versification et de belles-lettres. Il est également bibliothécaire chez les élèves de 1918 à 1933 et chez les prêtres de 1931 à 1933. L’abbé Elphège Gervais décède le 5 juin 1938, à l’âge de 61 ans, de complications à la suite d’une intervention chirurgicale.

À suivre : Les Richer

image