5 mai 2022
Guy Lafleur, une grande source d’inspiration pour le peintre Serge Lemoyne
Par: Alain Bérubé
Benoit Chartier, éditeur du COURRIER et président-directeur général de DBC Communications, pose ici avec une toile de Serge Lemoyne rendant hommage à Guy Lafleur. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Benoit Chartier, éditeur du COURRIER et président-directeur général de DBC Communications, pose ici avec une toile de Serge Lemoyne rendant hommage à Guy Lafleur. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le récent décès du légendaire hockeyeur Guy Lafleur a été l’occasion de se remémorer de nombreux souvenirs du « Démon blond ». Le regretté peintre valois Serge Lemoyne, lui-même un grand fan de hockey, avait immortalisé les exploits de Lafleur avec des œuvres qui continuent de susciter l’intérêt et la convoitise.

Durant sa période Bleu-Blanc-Rouge, entre 1969 à 1979, Serge Lemoyne a marqué l’imaginaire en s’inspirant des Canadiens de Montréal. Guy Lafleur, Ken Dryden et Jean Béliveau ont entre autres fait partie des joueurs à l’honneur sur ses tableaux.

« Pour Serge Lemoyne, cette équipe de hockey était un symbole sportif et culturel majeur. Il voulait abolir les barrières, ayant déjà affirmé que son but était de conduire les intellectuels au Forum et de convaincre les amateurs de hockey à s’intéresser à l’art », affirme François Gauthier, archiviste et ami de la famille Lemoyne.

M. Gauthier souligne que cinq tableaux dédiés à Guy Lafleur ont été produits par M. Lemoyne. Il existe deux tableaux identiques No 10 (avec le chandail rouge), dont un a été vendu à l’encan de BYDealers en 2018.

« De nouveaux tableaux et sérigraphies de petits formats ont également été réalisés par Lemoyne en 1995. Lemoyne a continué à s’intéresser au hockey jusqu’à sa mort, avec la série As-tu vu mes patins?, réalisée à partir de patins que lui laissaient les gens à sa maison située à Acton Vale. L’intérêt pour les œuvres inspirées de Lafleur a toujours été élevé et, avec son décès, la valeur de la série Bleu-Blanc-Rouge, qui a fait des bonds prodigieux au fil des ans, sera encore plus grande », soutient-il.

Benoit Chartier, président et directeur général de DBC Communications – qui édite notamment LE COURRIER –, est un fervent amateur de Serge Lemoyne depuis plusieurs années.

« J’ai dans mon bureau une toile de Guy Lafleur, soit la version avec le chandail blanc #10, datant de 1975. Nul doute que la valeur de ce diptyque de Serge Lemoyne est en hausse, mais je ne veux pas m’en départir. J’apprécie vraiment le grand talent et l’audace de ce personnage plus grand que nature », déclare-t-il.

M. Chartier garde également d’excellents souvenirs de Guy Lafleur. « Je suis allé le voir jouer plusieurs fois au Forum de Montréal avec mon père.

C’était toujours spectaculaire et Guy Lafleur mérite amplement tous les honneurs qu’on lui a réservés depuis son décès », conclut-il.

image