17 juin 2021
Travaux correctifs au Complexe Johnson
Installation spectaculaire d’une structure temporaire
Par: Jean-Luc Lorry

Une grue installe une section de la structure temporaire sur un côté du Complexe Johnson.Photos François Larivière | Le Courrier ©

Opération précise et délicate pour installer cette gigantesque structure métallique destinée à maintenir immobile l’édifice lors de travaux qui seront réalisés au sous-sol de l’immeuble.

L’impressionnant chantier du Complexe Johnson ne passe pas inaperçu.

L’entreprise Schockbeton Québec installe actuellement sur le site du Complexe Johnson une impressionnante structure métallique destinée à corriger une défaillance structurelle de l’édifice.

Publicité
Activer le son

Le 23 septembre 2020, l’affaissement de trois têtes de pieux au niveau du garage souterrain avait contraint l’évacuation et la fermeture complète de cet immeuble de bureaux de huit étages situé dans le périmètre des Galeries St-Hyacinthe.

« Les travaux de réfection du Complexe Johnson s’exécutent rondement dans le respect des échéanciers. Présentement, les équipes sont à compléter la première phase en érigeant la structure temporaire autour de l’édifice pour le maintenir immobile lorsque seront exécutés les travaux au sous-sol », indique Jean-Pascal Lavoie, conseiller principal de la firme de relations publiques National, dans un courriel adressé au COURRIER.

« Une fois les travaux au sous-sol réalisés, garantissant la solidité et la pérennité de l’immeuble, la structure temporaire sera complètement retirée, redonnant au Complexe Johnson son aspect original », poursuit M. Lavoie.

Fermé depuis l’incident, le Complexe Johnson a été vidé de ses occupants. L’immeuble loge au rez-de-chaussée le restaurant Bâton Rouge et la chocolaterie Chocolats Favoris. Desjardins, le cabinet juridique Therrien Couture Joli-Coeur ainsi qu’Industrielle Alliance occupent une partie des étages.

« La date précise du retour des locataires n’est pas encore fixée, mais en tout respect, ils en seront les premiers informés », précise Jean-Pascal Lavoie.

Un permis a été délivré par la Ville de Saint-Hyacinthe au propriétaire du Complexe Johnson, une société à numéro présidée par l’homme d’affaires Marc Bibeau, pour un montant des travaux estimé à 500 000 $.

image