12 mai 2022
Jeremy Lachance passe en finale de Ma première Place des arts
Par: Maxime Prévost Durand
L’auteur-compositeur-interprète Jeremy Lachance, de Saint-Hugues, lors de sa performance en demi-finale du concours Ma première Place des arts. Photo Michel Parent

L’auteur-compositeur-interprète Jeremy Lachance, de Saint-Hugues, lors de sa performance en demi-finale du concours Ma première Place des arts. Photo Michel Parent

Jeremy Lachance sera l’un des trois finalistes de la catégorie auteur-compositeur-interprète du concours Ma première Place des arts. Le natif de Saint-Hugues participera à l’étape ultime le 19 mai au Théâtre Jean-Duceppe de la Place des arts.

En finale, il retrouvera les artistes Maude Carrier et Oli Féra, qui ont également été choisies par le jury au terme de la demi-finale. Le beau parcours du Maskoutain Alphonse Bisaillon s’est quant à lui arrêté à cette étape du concours.

Pour la demi-finale, les auteurs- compositeurs-interprètes devaient rejouer les mêmes pièces qu’ils avaient présentées en quart de finale, mais devant un nouveau jury. Avec « Madeleine » et « Daria », deux titres inédits, Jeremy Lachance a de nouveau séduit les juges par son univers folk, aux paroles quasi susurrées et à la guitare douce.

« C’est le fun de voir que ce que je fais plaît à du monde », s’est-il réjoui en entrevue avec LE COURRIER.

« Il y a tellement d’artistes formidables qui étaient là et qui méritaient aussi d’aller en finale », a-t-il ajouté avec reconnaissance.

L’artiste multidisciplinaire, qui fait aussi dans la photo et dans la peinture, dit avoir abordé ce concours sans attente et profite simplement de l’opportunité qui lui est offerte pour jouer sa musique. « Je me suis inscrit en me disant : on verra bien ce qu’il va arriver, a affirmé Jeremy Lachance au bout du fil. […] Je me suis rendu en demi-finale avec cet état d’esprit, alors je vais continuer comme ça même en finale. »

Jusqu’ici, l’auteur-compositeur-interprète de 25 ans dit apprécier particulièrement l’expérience pour les rencontres musicales et humaines que cela lui amène en coulisses et sur scène. Il retient aussi les commentaires, constructifs et formateurs, faits par les juges au sujet de ses performances.

« Félix Dyotte, qui fait partie du jury, est un gars que j’écoutais beaucoup quand j’étais au cégep. Quand il fait des commentaires sur ce que je fais, disons que je l’écoute encore plus », souligne Jeremy Lachance avec le sourire dans la voix.

En finale, il réinterprétera les chansons qui l’ont mené jusque-là, en plus de « Maison peu commune », une pièce qui apparaît sur son premier EP, Par absence d’avoir eu le temps de le dire.

image