15 septembre 2022
Élections provinciales
Julie Raiche se présente pour Climat Québec
Par: Jérémy Bezeau
La candidate de Climat Québec dans Saint-Hyacinthe, Julie Raiche, était à la fête municipale de Saint-Damase dimanche. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La candidate de Climat Québec dans Saint-Hyacinthe, Julie Raiche, était à la fête municipale de Saint-Damase dimanche. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

De nouvelles pancartes électorales ont fait leur apparition dans les rues de Saint-Hyacinthe cette semaine. Après s’être présentée sans succès aux élections municipales dans le district Hertel–Notre-Dame en 2017, Julie Raiche tente maintenant sa chance au provincial alors qu’elle est candidate pour Climat Québec dans Saint-Hyacinthe.

Âgée de 44 ans, elle occupe un poste de technicienne comptable à temps plein dans un organisme au centre-ville. Elle n’est pas à ses débuts en politique : elle avait été bénévole dans l’équipe de Michel Filion, candidat pour le Bloc québécois dans la circonscription de Saint-Hyacinthe–Bagot en 2015. La candidate a aussi œuvré comme bénévole dans l’équipe de Simon-Pierre Savard-Tremblay par la suite. « J’ai vraiment toujours été proche de la politique depuis 2015. Je me suis lancée en politique municipale en 2017. J’ai quand même eu près de 30 % des voix. Je me suis fait connaître à partir de cette année-là. J’avais littéralement fait le tour du quartier! », lance-t-elle.

Questionnée à savoir pourquoi avoir choisi le parti de Martine Ouellet, Mme Raiche est catégorique : il est temps d’agir et de changer les choses. Le parti Climat Québec se veut souverainiste et cherche à sensibiliser les citoyens à l’urgence climatique. « Je ne le fais pas pour moi, je le fais pour mon garçon. Dans 50 ans, je ne serai possiblement plus de ce monde. Est-ce que nos générations futures veulent des chaleurs intenses, des feux, des tremblements de terre et tout ça? D’avoir une retraite à 57 degrés ressentis, je trouve ça triste. Je me demande dans quel monde ils vont grandir. Pour faire basculer les idéologies, ça va prendre un bon moment, mais il faut commencer dès maintenant avant qu’il soit trop tard », pense la candidate de Climat Québec.

Femme de conviction, elle croit que tous les aspects de la société et de la politique devraient tourner autour de l’environnement. Au niveau local, elle aimerait encourager les toits verts ou blancs en octroyant des subventions aux nouvelles constructions. Une priorité pour la Maskoutaine serait de former des groupes de jeunes entre 12 et 17 ans qui cherchent à s’impliquer en environnement. « On propose la gratuité des transports en commun pour limiter nos véhicules sur les routes. »

Elle croit que tout part de la volonté de chaque individu. « Chaque personne peut faire une différence, aussi petite soit-elle. Tout individu qui met un objet dans le recyclage et non dans la poubelle fait un changement », mentionne-t-elle.

L’objectif premier pour la campagne électorale est de se faire connaître, étant donné le jeune âge du parti, qui a fêté sa première année de création pas plus tard que le 14 mai.

Près de 60 candidats sont actuellement en lice pour le parti Climat Québec.

image