10 Décembre 2015
Jus DOSE prend racine dans la Cité
Par: Jean-Luc Lorry

Les fondateurs de l’entreprise Jus DOSE, Raphael Hubert et Geneviève Brousseau-Provencher. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Les fondateurs de l’entreprise Jus DOSE, Raphael Hubert et Geneviève Brousseau-Provencher. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Raphael Hubert et sa conjointe ­Geneviève Brousseau-Provencher ont décidé de poursuivre le développement de Jus DOSE, une jeune entreprise spécialisée dans la fabrication et la commercialisation de jus biologique, en installant leur usine dans la Cité de la biotechnologie agroalimentaire.

Publicité
Activer le son

Cactus (Pomme, concombre, céleri, choux frisé, laitue romaine, épinards, ­citron, persil et gingembre), Amazon (concombre, poire, céleri, ­pamplemousse, choux frisé et persil), Samba (pomme, betterave, carotte, concombre, orange, choux frisé, citron et gingembre) font partie de la large gamme composée de 14 saveurs de jus certifiés biologiques concoctés par Jus DOSE.

« Nous proposons un produit haut de gamme qui est pour le moment principalement distribué dans des épiceries fines et des boutiques de produits biologiques. Nos jus sont aussi vendus en ligne », ­indique M. Hubert, cofondateur de Jus DOSE.

Ces jus sont disponibles au format de 300 ml (entre 5 $ et 7 $) et de 500 ml (entre 8 $ et 10 $).

Le couple voit l’avenir de son entreprise créée en 2013 avec beaucoup d’enthousiasme. « Actuellement, notre production est de 2 000 jus par semaine et nous ­prévoyons quintupler notre production d’ici 12 mois », précise Geneviève ­Brousseau-Provencher.

Longue durée

Les jus fabriqués par Jus DOSE ont la ­particularité d’être pressés à froid ­permettant ainsi de prolonger la date de péremption jusqu’à 45 jours.

Pour réussir ce tour de force, Jus DOSE fait affaire avec Natur+l XTD, une autre entreprise installée dans la Cité de la biotechnologie, qui a développé une expertise dans la pasteurisation à froid.

« La bouteille de plastique contenant le jus est placée dans un bassin d’eau où l’on augmente la pression. Notre produit doit demeurer scellé et réfrigéré pour garantir les 40 jours de péremption. Nous recommandons de consommer nos jus la journée de l’ouverture ou dans un délai de trois jours », explique Mme Brousseau-Provencher.

Comme ces jus ne contiennent aucun additif, ils conservent l’ensemble de leurs nutriments.

Jus DOSE loue depuis peu un espace d’une superficie de 4 000 pieds carrés dans le motel industriel Edouard-Brochu situé sur ­l’avenue Beaudry.

« Cette nouvelle entreprise est notre 22e locataire. Aujourd’hui, 98 % de nos ­locaux sont occupés », note André Barnabé, ­directeur général de Saint-Hyacinthe ­Technopole.

Saint-Hyacinthe Techopole est ­propriétaire de sept édifices dont six sont de nature industrielle et une bâtisse abrite le siège social de cette corporation privée dédiée au développement économique.

Financement

Pour financer leur projet d’expansion, les deux entrepreneurs ont obtenu une somme de 50 000 $ du Fonds local d’investissement (FLI) qui est géré par Développement ­économique de la MRC des Maskoutains (DEM).

Les deux partenaires d’affaires ont pu ­aussi compter sur des prêts accordés par ­Investissement Québec et par Développement économique Canada.

Actuellement, Jus DOSE compte 10 ­employés, quatre en production et six ­personnes partagées entre le service web, le marketing et la direction.

« Dans l’immédiat, nous recherchons trois personnes pour travailler dans notre usine de Saint-Hyacinthe. Dans le futur, nous visons 11 créations d’emplois », indique Geneviève Brousseau-Provencher.

Présent à la conférence de presse pour ­annoncer cette nouvelle entreprise, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, a ­souhaité la bienvenue au couple d’entrepreneurs en l’encourageant à venir s’installer dans la municipalité.

« La présence de Jus DOSE est une preuve de plus du succès rencontré par l’administration municipale et par Saint-Hyacinthe Technopole pour faire de notre région l’un des meilleurs endroits du Québec où investir et s’établir », a mentionné M. Corbeil.

image