5 mai 2022
La communauté se mobilise pour les sinistrés
Par: Sarah-Eve Charland
L’immeuble abritait 29 personnes qui se sont retrouvées sans toit et sans biens au lendemain de l’incendie. Photo Annie Blanchette | Le Courrier ©

L’immeuble abritait 29 personnes qui se sont retrouvées sans toit et sans biens au lendemain de l’incendie. Photo Annie Blanchette | Le Courrier ©

Quelques heures à peine après l’incendie au centre-ville, la Ville de Saint-Hyacinthe s’est activée avec différents partenaires pour venir en aide aux locataires se retrouvant sans logis. Une collecte de dons matériels sera d’ailleurs organisée pour soutenir les sinistrés.

L’incendie qui a ravagé l’Hôtel Ottawa a mis à la rue 29 citoyens. Une réunion d’urgence s’est tenue tôt le vendredi matin en compagnie de la Ville de Saint-Hyacinthe, de l’équipe des loisirs, de bénévoles de la Croix-Rouge, de représentants de l’Office d’habitation des Maskoutains et d’Acton, d’Habitations Maska et du Centre d’intervention jeunesse des Maskoutains afin de réagir rapidement à la situation.

« Heureusement, nous pouvons toujours compter sur notre solidarité maskoutaine pour traverser les moments difficiles. Depuis cette épreuve, toute une équipe s’est mobilisée pour déployer d’innombrables efforts en vue d’identifier les besoins des sinistrés et de les combler. Tous les sinistrés qui ont sollicité de l’aide ont été accompagnés dans leurs démarches de relocalisation », affirme le maire de Saint-Hyacinthe, André Beauregard.

Le conseiller municipal du district Cascades, Jeannot Caron, est d’ailleurs très fier de la rapidité avec laquelle la cellule de crise s’est déployée. En début d’après-midi vendredi, les sinistrés étaient rencontrés au Holiday Inn où ils séjournaient en attendant d’être relocalisés. « Surtout pour les rassurer », estime M. Caron.

La Ville de Saint-Hyacinthe a d’ailleurs fait appel à la population pour remplacer les pertes matérielles. Afin de s’assurer que le tout se fasse dans l’ordre et de manière efficace, les élus demandent à ce que les citoyens qui veulent aider gardent les objets chez eux en attendant la diffusion de plus amples informations. La Ville compte coordonner la réception des dons et leur distribution aux sinistrés.

« Il y a une évaluation qui est en train de se faire pour connaître les besoins de chacun. Il y a en qui disent qu’ils ont du linge d’enfants à donner, par exemple, mais il n’y avait pas d’enfants dans l’immeuble. Bientôt, la Ville va diriger les gens vers les endroits où porter les dons. On ne se le cache pas, les organismes ont des défis en matière de main-d’œuvre et d’espace. Avec l’expérience des feux passés, on est capables de mieux intervenir », ajoute M. Caron.

Parlant d’expérience, plusieurs bâtiments ont disparu dans le centre-ville au cours des dernières années, déplore le conseiller municipal. « Ça vient me chercher beaucoup quand ça arrive. Je ne m’habituerai jamais à ce genre de situation. Une centaine de logements abordables ont disparu au centre-ville au cours des dernières années. »

Il a profité de l’occasion pour interpeller la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy. M. Caron estime que la Ville de Saint-Hyacinthe a fait d’énormes efforts pour améliorer l’accès aux logements abordables, mais que ces efforts doivent être appuyés par des gestes concrets de la députée. « Ce serait important que notre députée Chantal Soucy aille chercher de l’argent. Elle doit aller au front pour nous autres. »

image