10 novembre 2022
La famille Gagnon achète la Boucherie Charron
Par: Adaée Beaulieu
La famille Gagnon-Robert, formée d’Alva, Manon, Anthony et Ludovick, se lance dans une nouvelle aventure avec l’acquisition de la Boucherie Charron sise au cœur du 1555 Marché public. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La famille Gagnon-Robert, formée d’Alva, Manon, Anthony et Ludovick, se lance dans une nouvelle aventure avec l’acquisition de la Boucherie Charron sise au cœur du 1555 Marché public. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Les frères Ludovick et Anthony Gagnon, leur mère Manon Robert et leur père Alva Gagnon ont acquis le 1er novembre la Boucherie Charron située dans le Marché public de Saint-Hyacinthe. Elle sera rebaptisée Boucherie Georges à compter du 1er décembre.

Anthony Gagnon et sa mère détiennent déjà une franchise William J. Walter au Marché public ainsi que Les Passions de Manon et Le Albert Café qui se trouvent tous deux sous le même toit sur la rue des Cascades.

C’est la famille Gagnon qui a approché l’ancien propriétaire de la boucherie, Michel Charron, en février dernier, car il songeait à la retraite. Il a accepté de leur vendre l’entreprise. « Il est vraiment content, car ça fait 25 ans que nous sommes dans le Marché et ça rassure les clients. Pour nous, c’est une corde de plus à notre arc », affirme Anthony Gagnon.

Nouveautés

Le nouveau nom a été choisi en l’honneur d’un oncle italien d’Alva Gagnon. « Ça fait ancien et c’est ça qu’on aimait », explique Anthony Gagnon, qui mentionne également que cela rappelle le côté familial de l’entreprise et que les prénoms sont toujours plus faciles à retenir.

C’est Ludovick qui sera le gestionnaire des opérations et boucher sur place. Il apprend d’ailleurs à perfectionner son art auprès de la gérante qui travaille à la boucherie depuis plus de 25 ans. D’ailleurs, lorsque LE COURRIER a rencontré Ludovick Gagnon, il s’affairait à couper une pièce de viande. Les bouchers reçoivent chaque semaine des carcasses complètes qu’ils divisent eux-mêmes en différentes coupes.

Le marché des viandes vieillies et des viandes haut de gamme comme le bœuf wagyu sera également développé et les clients pourront en réserver à leur nom. De plus, des marinades faites à partir des épices des Passions de Manon seront ajoutées à l’offre de produits.

« Nous allons progressivement mettre notre grain de sel dans la boucherie. De plus, avec toutes nos entreprises, ça part du champ à votre assiette », conclut Ludovick Gagnon.

Rappelons que la Boucherie Charron existe depuis 55 ans.

image