4 août 2022
Église Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement
La Fondation du Centre de bénévolat achète l’église pour 1 $
Par: Sarah-Eve Charland
L’église Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement accueillera la production alimentaire du Centre de bénévolat maskoutain. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’église Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement accueillera la production alimentaire du Centre de bénévolat maskoutain. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Maintenant que toutes les vérifications ont été effectuées, la fabrique de la Paroisse Notre-Dame-du-Rosaire a accepté de céder l’église Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement au coût de 1 $ pour y aménager des services du Centre de bénévolat de Saint-Hyacinthe.

La Fondation du bénévolat maskoutain est devenue propriétaire de l’église le 26 juillet. Le Centre de bénévolat louera le sous-sol pour y aménager les cuisines. De son côté, la Paroisse y louera le lieu de culte pour y poursuivre ses cérémonies tout en se déchargeant du fardeau entourant l’entretien de l’immeuble.

En mars, la Paroisse et le Centre de bénévolat avaient annoncé l’intention de conclure cette transaction à condition que les vérifications diligentes s’avèrent positives. En plus de vérifier l’état du bâtiment, l’organisme communautaire devait s’assurer que l’immeuble pouvait être aménagé en centre de production alimentaire.

« Le bilan de santé, c’est une chose. La réalisation de notre projet en est une autre, soit convertir un sous-sol d’église en centre de production alimentaire. On est aussi rendus à l’étape de validation d’estimation des coûts. C’est un volet qui est fondamental », avait affirmé la directrice générale du Centre de bénévolat, Marie-Élaine Morin, au COURRIER quelques semaines avant la transaction.

Comme prévu, la Fondation a pu officialiser la transaction en juillet afin de commencer les travaux en septembre. L’achat du bâtiment s’est élevé à 1 $, selon l’acte notarié consulté par LE COURRIER. L’organisme devra toutefois débourser une taxe de mutation sur la base d’imposition de l’immeuble, dont la valeur foncière atteint 2 082 100 $. Le droit de mutation représente donc une dépense de 53 366 $.

Selon les estimations préliminaires présentées en mars, il en coûterait 1,5 M$ pour aménager les cuisines. À la demande de l’évêque, la Paroisse Notre-Dame-du-Rosaire avait commandé un bilan de santé du bâtiment, dont les résultats avaient déçu l’organisation. On évaluait à 1,2 M$ l’investissement nécessaire sur 10 ans pour remettre à niveau l’immeuble.

Au printemps dernier, la Ville de Saint-Hyacinthe a procédé au changement de zonage permettant des usages supplémentaires dans la zone désignée afin d’autoriser la relocalisation de l’organisme dans l’église Notre-Dame-du-Très-Saint-Sacrement. La Fondation avait ainsi tous les éléments en main pour conclure la transaction. On se souviendra qu’au cours de la dernière année, la Fondation avait tenu une campagne de financement qui ciblait des entreprises. L’initiative a permis de récolter 4,1 M$. La Fondation espérait également investir 1,2 M$ dans un fonds de capitalisation afin d’assurer la pérennité de l’organisme.

Le Centre de bénévolat a refusé de commenter la nouvelle puisqu’un point de presse se tiendra le 21 septembre durant lequel les différents intervenants répondront aux questions.

image