14 avril 2022
La phase 3 du Domaine sur le vert sera lancée
Par: Sarah-Eve Charland
Alors que la phase 2 du Domaine sur le vert va bon train, le promoteur a fait approuver les plans de la phase 3 par la Ville de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Alors que la phase 2 du Domaine sur le vert va bon train, le promoteur a fait approuver les plans de la phase 3 par la Ville de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La troisième phase de construction du Domaine sur le vert est sur le point de débuter. Les derniers plans et devis ont été acceptés par la Ville de Saint-Hyacinthe. Les prochaines étapes inquiètent toutefois les résidents du secteur qui s’opposent à toutes constructions en hauteur.

En plus d’approuver les plans et devis en séance du conseil du 21 mars, les élus ont aussi conclu une entente avec le promoteur Immobilière Maska pour répartir les coûts de travaux de modification au poste de pompage Le Domaine sur le vert visant à augmenter sa capacité. Selon le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau, c’est une question de temps avant la délivrance des permis de construction.

Tous les plans d’implantation et d’intégration architecturale (PIIA) devront être analysés par le comité consultatif d’urbanisme (CCU), précise le maire de Saint-Hyacinthe, André Beauregard. La phase 3 prévoit 45 immeubles englobant 210 unités de logement qui seront l’œuvre d’entrepreneurs qui développeront des projets sur des lots acquis auprès d’Immobilière Maska.

Le résident du secteur, Carl Servant, a d’ailleurs questionné le conseil municipal sur la hauteur des bâtiments. Il a rappelé que les résidents du quartier s’opposaient à des bâtiments de trois étages même si la réglementation en vigueur le permet. En fait, le plan d’ensemble permet actuellement dans des zones ciblées la construction de bâtiments de trois étages et d’un demi-sous-sol.

La Ville devra se pencher sur les constructions qui devraient voir le jour près de l’impasse de la Coupe, où habite M. Servant, cet automne. M. Beauregard a mentionné que la Ville exigera une plus grande distance entre les maisons et suggérera une limite de deux étages afin d’assurer une meilleure intégration.

« En ce moment, il y a des choses qui sont permises, mais en tant que conseil municipal, on va essayer d’amener le promoteur à autre chose. Je ne peux pas vous garantir qu’il ne pourrait pas aller de l’avant avec ce qui lui est permis [trois étages et un demi-sous-sol]. On vous assure qu’on va travailler avec le promoteur pour le limiter à deux étages. [Dans tous les projets,] on accompagne les promoteurs. On essaie de leur demander de réaliser des constructions qui vont respecter l’environnement », a répondu le maire Beauregard. « On aura à réfléchir avec [le promoteur] sur les types de construction. On a la volonté d’assurer un environnement de qualité où tout le monde se sent bien », poursuit Louis Bilodeau.

Rencontré par LE COURRIER, le promoteur s’est dit bien conscient des doléances du voisinage. Il mentionne qu’il reviendra aux constructeurs de décider du type et de la hauteur des bâtiments qu’ils mettront en chantier en accord avec le plan d’aménagement accepté par la Ville de Saint-Hyacinthe.

image