10 novembre 2022
Budget participatif
La sauvegarde des martinets ramoneurs est assurée
Par: Sarah-Eve Charland
Le maire André Beauregard en compagnie de l’instigatrice du projet gagnant, Camélie-Ann Lafond. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le maire André Beauregard en compagnie de l’instigatrice du projet gagnant, Camélie-Ann Lafond. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

C’est finalement un projet visant à sauver les martinets ramoneurs qui a remporté le plus grand nombre de votes dans le cadre du budget participatif de la Ville de Saint-Hyacinthe. Pour le maire André Beauregard, l’initiative a été un succès sur toute la ligne.

Le premier budget participatif s’est conclu le 1er novembre au moment de dévoiler le projet gagnant. Âgée de 20 ans, Camélie-Ann Lafond avait soumis un projet visant à installer de fausses cheminées au centre-ville près de la rivière Yamaska afin d’abriter des couples de martinets ramoneurs. Ces oiseaux, une espèce menacée, nichent principalement dans des cheminées puisque les gros arbres creux sont de moins en moins nombreux.

« Je ne savais même pas que la Ville cherchait des initiatives à financer. Ce sont mes grands-parents qui font de la photographie d’oiseaux qui m’ont dit que le martinet ramoneur était une espèce en voie de disparition. C’est ma grand-mère qui m’a aussi parlé du budget participatif. Le processus a été vraiment le fun. J’étais bien contente [de voir mon projet gagner] », a souligné Camélie-Ann Lafond quelques minutes après le dévoilement du projet gagnant.

Les cheminées seront installées probablement au printemps 2023. Rappelons que la Ville avait réservé une somme de 50 000 $ pour ce projet.

Au printemps 2021, les jeunes de 13 à 31 ans pouvaient soumettre des projets ayant pour esprit le développement durable. La Ville avait alors reçu 15 projets. À la suite de l’évaluation de chacune des idées par l’équipe municipale, quatre projets respectant l’ensemble des critères ont été soumis au vote populaire, dont un arboretum, une oasis de papillons et un parcours basé sur les cinq sens.

Environ 200 personnes ont voté. Seuls les jeunes de 13 à 31 ans pouvaient donner leur avis sur les projets soumis au vote. « 200 votes, c’est 200 votes. C’est sûr que ça pourrait être plus, mais ce sont des gens qui ont pris le temps de regarder les projets, de les étudier et de voter. Je trouve ça satisfaisant », affirme M. Beauregard.

Une deuxième édition dans les cartons

Ce dernier assure qu’il y aura un budget participatif en 2023. La somme sera d’au moins 50 000 $. « On n’a pas encore fait le retour sur la première édition. Ce que je vois, c’est très positif. Il y a eu quand même plusieurs projets présentés et ce sont des projets de très grande qualité. Je pense qu’on devrait garder la même façon de faire avec, si possible, un budget amplifié. Ce sera au moins équivalent », ajoute M. Beauregard.

Le maire propose de reproduire la même formule en s’adressant aux jeunes de 13 à 31 ans autant pour la soumission des projets que pour le vote. « Cette année, on a expérimenté une autre forme de démocratie. Les jeunes ont d’excellentes idées, mais n’ont pas toujours la chance ou une voix pour les proposer et encore moins un budget pour les réaliser. […] On souhaite que ce soit des projets de jeunes et choisis par des jeunes. C’est la raison pour laquelle on a fait ce choix-là. Je crois qu’on devrait conserver cette formule-là. »

image