24 mars 2022
Déversements dans la rivière Yamaska
La situation à Saint-Hyacinthe s’est légèrement améliorée
Par: Sarah-Eve Charland

Même si le nombre de déversements a augmenté en 2020, la quantité d’eaux usées qui s’est retrouvée dans la rivière Yamaska semble avoir diminué, permettant ainsi à Saint-Hyacinthe d’enregistrer un score légèrement meilleur que l’année précédente.

La Fondation Rivières a dévoilé son palmarès des villes ayant déversé des eaux usées dans les cours d’eau au Québec en 2020. L’année dernière, pour le premier palmarès de l’organisme, Saint-Hyacinthe avait fait piètre figure alors que les indices d’intensité étaient présentés en nombre absolu. Cette année, le palmarès présente plutôt des indices d’intensité par habitant. Saint-Hyacinthe se retrouve au 31 e rang au Québec. Dans la région, c’est la municipalité de Saint-Damase qui présente le pire taux en se retrouvant au 10 e rang provincial.

L’indice d’intensité par habitant à Saint-Hyacinthe est passé de 21,8 en 2019 à 17,7 en 2020. Le directeur de la Fondation Rivières, André Bélanger, ajoute toutefois que d’une année à l’autre, les quantités de pluie peuvent influencer les données. « Globalement au Québec, il y a eu moins de pluie intense en 2020. Il y a aussi eu une fonte des neiges moins difficile sur les réseaux. À Saint-Hyacinthe, l’amélioration est plus grande que la moyenne du Québec. On peut donc dire que Saint-Hyacinthe s’est un peu améliorée. L’indice d’intensité est passé de 21,8 à 17,7. C’est bon comme amélioration. »

Les 1317 déversements se sont dérouléssur 160 jours en 2020. La Ville compile ces données grâce à des compteurs électroniques permettant ainsi une grande précision sur le nombre de débordement et leur durée. Il est toutefois impossible de connaître la quantité exacte d’eaux non traitées déversées dans la rivière Yamaska. Sur l’ensemble de ces déversements, une vingtaine de fois était nécessaire en raison de travaux ou de bris.

M. Bélanger souligne que les impacts sont grands lorsque les eaux usées se retrouvent dans la rivière Yamaska puisqu’il s’agit d’une rivière à faible débit. En 2020, Saint-Hyacinthe a déversé à neuf reprises par temps sec, ce qui signifie qu’il n’y avait pas de pluie. En vertu du Règlement sur les ouvrages municipaux d’assainissement des eaux usées, les débordements d’eaux usées non traitées par temps sec sont interdits.

« C’est la partie inquiétante de la chose. […] C’est dangereux. C’est là où il y a le plus de risques pour l’environnement. Par temps sec, tu envoies des résidus dans la rivière quand elle n’est pas capable de subir le choc. Il n’y a pas de bonnes raisons d’avoir des déversements par temps sec », affirme-t-il.

Selon la porte-parole de la Ville de Saint-Hyacinthe, Brigitte Massé, les débordements en temps sec s’expliquent par un mauvais fonctionnement d’équipements de pompage, par l’obstruction partielle ou complète d’un déversoir, par l’utilisation d’un poteau d’incendie pour rincer le réseau d’aqueduc, par la survenance d’un bris au réseau d’aqueduc et par la survenance d’un feu, notamment.

DES TRAVAUX EN AMÉLIORATION CONTINUE

La Ville de Saint-Hyacinthe a présenté son Plan de gestion des débordements en décembre 2020. Pour la Fondation Rivières, les plans adoptés dans ce sens sont généralement pertinents, mais ils ont surtout un effet palliatif. « Ce qu’on pense, c’est qu’on doit aborder la question d’abord et avant tout sur comment réduire la quantité d’eau qui va se rendre dans les égouts [au lieu d’augmenter la capacité des ouvrages de surverse]. Comment allons-nous repenser nos villes de manière à ce que les eaux de pluie s’écoulent dans le sol plutôt que dans nos réseaux d’égouts? », se questionne M. Bélanger.

« Le bilan de la ville de Saint-Hyacinthe en matière de débordements à la rivière Yamaska s’est amélioré au cours des dernières années, même s’il est encore troptôt pour en mesurer les progrès réels, ajoute Mme Massé. Les améliorations se mesureront davantage au fil de la réalisation des divers projets d’infrastructures prévus au Plan de gestion des débordements. »

Au cours de 2020, la Ville a procédé à des travaux dans le secteur du déversoir Delorme qui englobe les secteurs Bourg-Joli et Sacré-Cœur. Depuis le début 2021, Saint-Hyacinthe a effectué la reconstruction des infrastructures souterraines du bassin versant du déversoir Concorde dans le secteur Saint-Joseph. Des travaux se sont tenus sur la rue Saint-Charles pour améliorer la performance du bassin versant Bourdages. Toujours en cours, des travaux sont réalisés au poste de pompage Girouard.

« Les nombreux projets réalisés, ceux en cours et ceux à venir au cours des prochaines années indiquent clairement que nous allons dans la bonne direction », conclut Mme Massé.

image