20 janvier 2022
Attache à pain biodégradable
L’avenir est dans le carton
Par: Sarah Villemaire
Une maison sur trois à Saint-Hyacinthe a été vendue en surenchère en 2021, selon les données de l’APCIQ. Photothèque | Le Courrier ©

Une maison sur trois à Saint-Hyacinthe a été vendue en surenchère en 2021, selon les données de l’APCIQ. Photothèque | Le Courrier ©

Plus de deux millions d’attaches à pain sont fabriquées quotidiennement à l’usine de Saint-Pie. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Plus de deux millions d’attaches à pain sont fabriquées quotidiennement à l’usine de Saint-Pie. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Quelques pays dont l’Australie et l’Angleterre se sont déjà procuré les attaches à pain en carton biodégradable de Systèmes KLR. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Quelques pays dont l’Australie et l’Angleterre se sont déjà procuré les attaches à pain en carton biodégradable de Systèmes KLR. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’attache à pain traditionnelle n’est plus ce qu’elle était pour l’équipe de Systèmes KLR, qui a récemment mis en marché une attache entièrement biodégradable. Le développement de ce produit a d’ailleurs fait sa marque à l’international où près de 50 % des boulangeries établies en Australie utilisent désormais les attaches à pain en carton provenant de l’usine de Saint-Pie.

2021 a été une année forte en émotion pour l’entreprise qui, en plus d’avoir exporté son nouveau produit aux quatre coins de la planète, s’est vu remettre le prix Innovation en alimentation 2021 du Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) dans la catégorie emballage.

« C’est un projet auquel on travaille depuis plus d’un an afin de changer la manière de produire les attaches conventionnelles en plastique. On est bien fiers du résultat et des retombées jusqu’à maintenant », souligne Audrey Gagnon, directrice générale chez Systèmes KLR.

Mentionnons que l’attache à pain en carton signée Systèmes KLR possède des propriétés semblables à celle en plastique pour être utilisée sans contrainte par l’industrie de la transformation alimentaire. Toutefois, elle se décompose naturellement en moins de 100 jours contrairement à plus de 1000 ans pour l’attache en plastique aux teintes colorées.

Bien que l’entreprise se spécialise principalement dans le développement de systèmes d’emballage et de tranchage automatisés dans le domaine de la boulangerie, le développement et la fabrication des attaches en carton prennent de plus en plus de place au sein de l’industrie. Tellement qu’il y a un an et demi, Systèmes KLR a acquis une seconde usine adjacente à celle située sur la rue des Hérons, entièrement consacrée à la fabrication d’attaches à pain.

L’entreprise parle d’un investissement d’un peu plus de 500 000 $ pour la nouvelle bâtisse. « On a présentement deux lignes de production et on regarde pour en ajouter une troisième afin d’être plus efficaces. Avec les deux employés que nous avons sur le plancher, on est capables de produire en ce moment 2 250 000 attaches par jour », affirme la directrice générale.

Une trentaine d’employés travaillent présentement au sein de l’équipe et d’autres postes pourraient s’ouvrir en usine d’ici les prochains mois.

Bientôt dans une boulangerie près de chez vous

Alors que les Australiens ont rapidement adopté le produit, le marché canadien se montre plus craintif. Comme l’explique Audrey Gagnon, certaines entreprises souhaitent avant tout s’assurer de la fiabilité et de la compatibilité du produit avec leurs différents procédés de production avant de signer un contrat. « Ce sont de gros changements pour les entreprises et les démarches se font plus lentement. Comme il y a du changement d’équipement à faire, les entreprises veulent s’assurer que le produit, par exemple, va être résistant à la congélation, à l’humidité et à la ligne de production. C’est de l’investissement en capital qui en vaudra la peine .»

Quelques petites boulangeries québécoises font maintenant affaire avec l’entreprise. Sans en dévoiler le nom, un gros joueur de l’industrie devrait se joindre à ce mouvement écologique d’ici les prochains mois, affirme Audrey Gagnon. Systèmes KLR espère aussi percer le marché canadien et américain dans un avenir rapproché.

image