6 juin 2024 - 03:00
Mercuriades 2024
Law-Marot-Milpro lauréate du prix Entrepreneuriat
Par: Zineb Guennoun | Journaliste de l'Initiative de journalisme local
Jérôme Côté, directeur général de LMM, Sylvain Cliche, représentant technique et expert en projets, et Philippe Henri, président de LMM, portant fièrement le prix remporté aux Mercuriades 2024. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Jérôme Côté, directeur général de LMM, Sylvain Cliche, représentant technique et expert en projets, et Philippe Henri, président de LMM, portant fièrement le prix remporté aux Mercuriades 2024. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le fabricant de séchoirs à grains, de nettoyeurs à grains et d’équipements pour les meuneries Law-Marot-Milpro (LMM), de Saint-Hyacinthe, a remporté le prix Entrepreneuriat à la 44e édition du prestigieux concours d’affaires les Mercuriades, tenue le 6 mai au Palais des congrès de Montréal.

Ce concours, organisé par la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), célèbre annuellement les succès des PME et des grandes entreprises québécoises.

Le jury a récompensé LMM parmi 75 finalistes pour avoir mis en place un plan de relève efficace entre deux générations de chefs d’entreprise.

« Cette transition découle d’un plan stratégique bien orchestré. Law-Marot-Milpro a ainsi fait croître ses ventes et sa capacité de production de 30 % en deux ans. Avec un carnet de commandes bien rempli, on s’attend à un avenir prometteur pour l’entreprise », a confié au COURRIER Philippe Henri, président de LMM.

Ce dernier explique que LMM a mis en œuvre une stratégie de croissance gagnante en lien avec le transfert de l’entreprise. « C’est un repreneuriat bien construit qui a engendré une certaine croissance des activités de LMM. L’augmentation des ventes et de sa capacité de production qui a été enregistrée en seulement deux ans laisse présager un nouveau développement pour une autre année consécutive. Cette croissance notable a été remarquée par les Mercuriades. »

Il ajoute également que le rachat de LMM a été fait par un groupe de repreneurs formé d’employés. Ce repreneuriat représente un exemple de succès en matière de relève d’entreprise. « Le 6 mai 2021, grâce à la confiance et à la générosité du fondateur, actionnaire majoritaire et président sortant, le groupe de repreneurs a pu prendre en charge l’entreprise. Au terme d’une planification stratégique amorcée un an avant la transaction, le groupe s’était fixé des objectifs ambitieux. Les résultats ont depuis dépassé la majorité des objectifs. »

Law-Marot-Milpro en quelques dates

Anciennement nommée Machinerie Oméga, l’entreprise a initialement été fondée en 1920. Ce n’est qu’à partir de 1950 qu’elle concentrera ses activités dans la fabrication d’équipements de manutention et de transformation de produits destinés principalement aux meuneries et aux entreprises agro-industrielles. À partir de cette date, l’entreprise a été reconnue pour son soutien essentiel au développement de l’industrie de l’élevage québécois.

Law-Marot-Milpro voit le jour en 1992. Une nouvelle ligne de nettoyeurs et de séchoirs à grains de conception française a été ajoutée. « LMM est aujourd’hui l’un des principaux fabricants d’équipements pour les usines d’alimentation animale en Amérique du Nord. Nos usines peuvent concevoir et fabriquer des équipements sur mesure qui optimisent l’efficacité énergétique et opérationnelle. LMM se distingue en offrant une gamme complète de services d’ingénierie, de gestion de projets et d’installation, adaptés aux besoins de ses clients », a souligné M. Henri.

Law-Marot-Milpro compte 101 employés. Philippe Henri s’est dit confiant quant au futur de l’entreprise en se fixant de nouveaux objectifs. « On a l’intention d’accroître notre notoriété et notre implication dans la communauté en plus d’être reconnu comme un employeur de choix à travers le pays. »

Le natif de Saint-Hyacinthe met en avant les avantages de la localisation de Law-Marot-Milpro. « Être au cœur de cette industrie à Saint-Hyacinthe est un plus, surtout qu’on arrive à avoir de la main-d’œuvre de qualité. Dans les années à venir, je m’attends à une bonne croissance à Saint-Hyacinthe. »

image